lundi 12 janvier 2015

Netanyahu " remercie " l'employé musulman du supermarché casher de Paris


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a "remercié" dimanche Lassana Bathily, l'employé musulman du supermarché casher de Paris qui a sauvé vendredi la vie à plusieurs clients du magasin en les aidant à se cacher du preneur d'otages Amedy Coulibaly...details...


Dans un discours à la Grande synagogue de Paris, le chef du gouvernement de l'Etat hébreu a également salué "la position très ferme" et la 'détermination" du président français François Hollande et du Premier ministre Manuel Valls - venus rendre hommage aux victimes à la synagogue - "contre le nouvel antisémitisme et le terrorisme".
Dans cette allocution en hébreu, Benjamin Netanyahu a dit vouloir "remercier" Lassana Bathily, l'employé musulman d'origine malienne du supermarché casher qui a sauvé des clients de ce magasin de la Porte de Vincennes, dans l'est de Paris, en les cachant.
Quatre juifs ont trouvé la mort dans cette prise d'otages. Dix-sept personnes au total ont été tuées en trois jours à Paris.
"J'apprécie la position très ferme et la détermination du président François Hollande et du Premier ministre Manuel Valls contre le nouvel antisémitisme et contre le terrorisme", a-t-il aussi souligné.
"Notre ennemi commun c'est l'islam radical, extrémiste, pas l'islam normal", a-t-il remarqué. Avant d'ajouter, dans la langue de Molière cette fois: "Ca, c'est la vérité !"
Citant plusieurs organisations islamistes, dont le groupe Etat islamique, le front Al Nosra, Boko Haram, le Hamas et le Hezbollah, Benjamin Netanyahu a souligné qu'elles étaient selon lui "toutes des branches du même arbre", "même si elles mènent des guerres parfois terribles entre elles".
"Lorsque nous nous défendons, nous défendons l'ensemble des valeurs de l'Occident", a-t-il martelé, soulignant qu'"Israël est au côté de l'Europe".
Le chef du gouvernement israélien a également fait valoir auprès des juifs français rassemblés à la grande synagogue qu'ils avaient le droit "de vivre en sécurité" dans "chaque endroit" où ils "choisiraient" de vivre, "en particulier en France".
Mais il a immédiatement insisté sur le fait que "tous les juifs et toutes les juives qui souhaiteraient émigrer en Israël ser(aie)nt accueillis à bras ouverts, avec toute notre chaleur". 
Le sujet sensible de l'émigration des juifs de France en Israël avait donné lieu à une passe d'armes à fleurets mouchetés samedi entre Benjamin Netanyahu et Manuel Valls. Le premier avait estimé qu'Israël était le "foyer" des juifs de France, ce à quoi le second avait répliqué que "la France, sans les juifs de France, n'est plus la France".
Hollande et Netanyahu ovationnés à la Grande synagogue de Paris
Le président français François Hollande et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont été ovationnés dimanche soir à leur entrée dans la Grande synagogue de Paris, ont constaté des journalistes de l'AFP.
Les deux dirigeants participent à une cérémonie d'hommage à "toutes les victimes" des attentats de Paris, parmi lesquels figurent quatre juifs tués vendredi par Amedy Coulibaly, le preneur d'otages d'un supermarché casher de la capitale française.
Dans l'assistance, certains ont scandé "Bibi", le surnom de M. Netanyahu, et "Israël vivra, Israël vaincra" agitant le drapeau de l'Etat hébreu.
La cérémonie a débuté peu avant 18H30 GMT. Le président français et le chef du gouvernement de l'Etat hébreu étaient assis côte à côte à l'intérieur de la synagogue, entourés respectivement du Premier ministre français Manuel Valls et du président du Consistoire central israélite de France Joël Mergui.
En retrait, un rang derrière eux, siégeait le ministre des Affaires étrangères israélien Avigdor Liberman.
Dans la foulée de la marche historique contre le terrorisme et avant de se rendre à la Grande synagogue, le président Hollande a également rendu dimanche une visite à la famille d'Ahmed Merabet, un policier français d'origine algérienne froidement abattu par les frères Chérif et Saïd Kouachi, les deux jihadistes auteurs du sanglant attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo.
Source La Libre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire