Chargement...

jeudi 6 juillet 2017

Contrairement à Israël, la défense antimissiles Américaine n'est pas fiable ! (Vidéos)


 
Mercredi, le co-directeur du programme mondial de sécurité, David Wright, a déclaré que les systèmes de défense antimissiles des États-Unis "Midcourse" ne peuvent pas protéger le pays contre une attaque nucléaire en provenance de Coréen du nord.....Détails......

En Israël, l'équivalent du MidCourse Américain est le système Arrow 3, qui a été déclaré opérationnel en Janiver de cette année, il a été développé pour faire face aux éventuels missiles ballistiques Iraniens, sachant que Arrow 3 n'est qu'une partie du système antimissiles multicouches d'Israël (avec le Dome de fer et Fronde de David).
En partie financé par les États-Unis et développé par Israeli Aerospace Industries (IAI) en collaboration avec Boeing, le sytème Arrow-3 a la particularité d’intercepter et de détruire des missiles balistiques lors de leur phase exo-atmosphérique grâce à un « kill vehicle », c’est à dire un projectile cinétique.

Le système Arrow-3 fonctionne avec un radar « Super Green Pine » (conçu par Elta) et un centre C4ISR appelé Yellow Citron, fourni par Tadiran Telecom, tout comme, d’ailleurs, l’Arrow-2.
Arrow-2 (ou Hetz), étant capable d’intercepter des missiles balistiques en phase ascendante (système moyen-haut endo-atmosphérique).
"Midcourse" est le système de missiles anti-balistiques des États-Unis censé intercepter les ogives pendant la phase de vol des missiles ballistiques lorsqu'ils sont dans l'espace.
Ce système est la composante majeure de la stratégie de défense antimissile américaine pour se protéger des missiles balistiques, y compris des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) portant une ogive classique, nucléaire, chimique ou biologique.
Selon David Wright, le système "Midcourse", qui a couté 40 milliards de dollars a seulement un taux de réussite de 50% !
Wright a déclaré : " On ne peut pas compter sur Midcourse, il a été testé 18 fois au cours des 12 à 15 dernières années et même dans des circonstances contrôlées, il n'a pas fonctionné la moitié du temps».
Bien que la Force Aérienne ait effectivement lancé en Mai avec succès un intercepteur pour détruire un missile du même type que le missile Nord-Coréen testé plus tôt cette semaine (photo ci-dessus), le système ne fonctionne pas bien car il ne peut pas determiner quel type de missiles Kim Jong-Un utilisera.
Les Etats-Unis compte actuellement 36 intercepteurs de missiles ballistiques intercontinentaux ( ICBM ), 32 en Alaska (à Fort Greely) et 4 en Californie (à Vandenberg).
Le nombre devrait augmenter à 44 d'ici fin 2017.
Pourtant, le porte-parole de la Navy au Pentagone, le capitaine Jeff Davis, a déclaré : « Nous avons confiance dans notre capacité à nous défendre contre la menace limitée, la menace naissante qui est là.
Certe nous avons eu des résultats mitigés nous avons aussi une capacité à tirer plus d'un intercepteur ce qui augmente les propabilités d'abattre ce genre de missile ».
Un expert en missiles, John Schilling, a déclaré le développement de missiles nucléaires de la Corée du Nord progresse plus rapidement que prévu mais il faudra probablement un an ou deux de développement avant que ce missile puisse fonctionner de façon fiable et précise, sachant que trois des quatre précédents tests avaient échoué, soit un taux d'échec de 75% ».


 




Source Koide9enisrael
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire