Chargement...

dimanche 6 août 2017

Dossier 2000: nouvelles révélations accablantes pour Netanyahou !


Le propriétaire du quotidien Israel Hayom, Sheldon Adelson, a déclaré aux enquêteurs lors de son deuxième interrogatoire il y a un mois, que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou avait bel et bien évoqué avec lui la possibilité de supprimer la publication de l'édition du week end, a rapporté samedi soir la chaîne israélienne, Channel 2.....Détails........



Plusieurs enquêtes sont actuellement en cours impliquant le Premier ministre israélien.
L'une d'entre elles, le dossier 2000, cherche à déterminer si Netanyahou aurait essayé de conclure un accord secret avec Arnon Mozes, propriétaire du quotidien le plus vendu dans le pays, Yedioth Aharonoth, (généralement hostile au Premier ministre), pour une couverture positive de la part du journal, en échange de laquelle Netanyahou aurait aidé à réduire les opérations d'Israel Hayom, concurrent gratuit du Yedioth.
Ce sont des enregistrements de conversations entre Netanyahou et le propriétaire du journal qui l'ont clairement suggéré.
Mais Netanyahou avait rejeté toutes ces allégations, les qualifiant de simples bavardages dans la tentative de "tester et déstabiliser" le patron de presse.
Pour le procureur général, Avichai Mandelblit, ces enregistrements ne sont pas non plus concluants pour émettre un acte d'accusation à l'encontre du Premier ministre. Encore faut-il prouver, selon Mandelblit, que Netanyahou avait véritablement l'intention de concrétiser cet accord.
Or selon un témoignage rapporté par Channel 2, Netanyahou s'était effectivement entretenu avec le propriétaire d'Israel Hayom, un de ses proches, afin de revoir à la baisse la publication du journal, une initiative importante dans la compétition entre les deux quotidiens.
Qui plus est, l'ancien chef de cabinet de Netanyahou, Ari Harow, qui a accepté vendredi matin de coopérer avec la justice dans deux affaires de corruption présumée, a également expliqué aux enquêteurs de quelle manière il avait contribué, sur la demande du chef du gouvernement, à faire avancer l'accord entre le Premier ministre et Arnon Mozes, afin de le mettre à profit.
Vendredi soir, Channel 2 avait estimé que la police "recommandera probablement" une inculpation contre Netanyahou dans le cadre des dossiers 1000 et 2000, tandis que la ministre de la Justice Ayelet Shaked avait déclaré mercredi que Netanyahou n'était pas tenu, légalement, de démissionner s'il était inculpé.
Samedi, Shaked revoit sa position et indique à Channel 2, qu'"au cas où un acte d'accusation serait émis à l'encontre de Netanyahou, les membres de la coalition parlementaire se réuniront pour décider de la suite des évènements en fonction des éléments qui nous seront fournis. Pour l'instant nous ne savons pas grand-chose".
Ces informations ravivent les spéculations sur une éventuelle démission de M. Nétanyahou et la tenue d’élections anticipées.
Parallèlement, près de 2000 personnes ont manifesté samedi soir devant la maison du procureur général, Avichai Mandelblit, pour demander d'accélérer le processus des enquêtes contre Netanyahou, tandis que des centaines de personnes menées par le chef de la coalition, David Bitan (Likoud) contre-manifestaient en soutien au Premier ministre.
Source I24News
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire