mercredi 4 juillet 2018

Projet d'attentat contre des opposants iraniens: ce que l'on sait....


Six personnes ont été interpellées par les autorités de plusieurs pays européens, suspectées d'avoir participé à la préparation d'un attentat contre un rassemblement d'opposants au régime iranien samedi près de Paris auquel participaient des personnalités américaines de premier plan. Voici ce que l'on sait, et quelques zones d'ombre.......Détails.......


Un couple de Belges d'origine iranienne a été interpellé samedi près de Bruxelles par la police.
Selon les opposants iraniens potentiellement ciblés, la femme est arrivée d'Iran en 2009.
L'homme, présenté comme Assadollah Assadi par les opposants iraniens, 47 ans, est en poste à l'ambassade iranienne à Vienne en tant que conseiller. Il est soupçonné d'être un contact du couple. Mais Téhéran balaye toute implication de ses services dans le projet.
L'Autriche a demandé mardi à l'Iran de lever l'immunité diplomatique de cet homme, accusé par les opposants iraniens d'être un membre des services de renseignements iraniens.

- Quelle(s) cible(s) ?

Deux personnalités américaines de premier plan, proches de Donald Trump --l'ancien président de la chambre des représentants Newt Gingrich et Rudy Giuliani, l'un des avocats du président américain et ex-maire de New York-- ont pris part à cette réunion à Villepinte, près de Paris, et auraient donc pu être également visées.

- Quel modus operandi ?

Le TATP est un explosif particulièrement délicat à fabriquer et à manipuler, utilisé notamment par l'organisation jihadiste Etat islamique.

- Quelle chronologie ?

Téhéran est dans une situation particulièrement délicate depuis que Donald Trump a dénoncé l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, que plusieurs de ses rivaux régionaux veulent aussi voir échouer comme Israël et l'Arabie saoudite.
"Comme c'est pratique. Juste au moment où nous entamons une visite présidentielle en Europe, une opération iranienne présumée et ses +conspirateurs+ sont mis en échec", a-t-il ironisé.

- Quelles repercussions ?

Si jamais l'enquête mettait en lumière une véritable implication des autorités iraniennes, il deviendrait très difficile pour le président français Emmanuel Macron et ses partenaires européens de continuer de défendre l'accord sur le nucléaire.

Source Loop Haiti
Vous nous aimez, prouvez-le....



Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook... 
Sommaire
 Vous avez un business ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire