Chargement...

lundi 6 février 2017

Le petit frère du CERN veut faire jaillir la paix au Moyen-Orient



Utiliser la science pour rapprocher des pays ennemis: c’est l’objectif de SESAME, un accélérateur de particules qui vient d’être achevé près d’Amman en Jordanie. Rencontres avec ses utilisateurs israéliens, palestiniens, iraniens, pakistanais......



Au crépuscule, l’hiver, alors que résonne le dernier appel du muezzin à la prière, la myriade de maisons cubiques adossées aux 19 collines d’Amman se pare de teintes pastel.
Mais ce 11 janvier 2017, c’est une lueur moins ordinaire qui a jailli dans un faubourg de la capitale jordanienne, ouvrant même tout le Moyen-Orient à une nouvelle source de lumière: celle d’un synchrotron. L’installation SESAME a vu circuler ses premiers faisceaux de particules.
Pensé comme un modèle de diplomatie scientifique, ce projet veut mettre la recherche au service la paix. «Après avoir été longtemps une promesse, il devient une réalité», trépignait l’Italien Giorgio Paolucci, directeur scientifique, lors d’une visite en décembre 2016.
Cet instrument se trouve dans un vaste hangar en périphérie d’Amman. L’entrée, avec ses colonnes grecques, fait penser à un casino à thème de Las Vegas.
A l’intérieur, des dizaines de blocs en béton, agencés en étoile, couvrent l’accélérateur de particules de 133 m de circonférence.
Dans la salle de contrôle, un technicien jordanien explique à un chimiste israélien les subtilités de la machine. Plus loin, un professeur pakistanais, longue barbe noire taillée au carré, écoute la responsable égyptienne Gihan Kamel, voilée.
Pour cette quatorzième «réunion des utilisateurs» de SESAME (acronyme anglais pour Synchrotron-light for Experimental Science and Applications in the Middle East), ils sont venus par dizaines de Bahreïn, Chypre, Egypte, Iran, Israël, Jordanie, Pakistan, Turquie et Palestine – les neuf Etats membres du consortium.

Mayonnaise savant

La ressemblance avec le CERN, l’Organisation européenne de recherche nucléaire née à Genève en 1954 en plein conflit américano-russe, est évidente. «L’idée mère est de faire collaborer des scientifiques des pays du Moyen-Orient, dont certains ont des relations tendues, sur des projets de science appliquée», poursuit Giorgio Paolucci.
Et cette mayonnaise savante semble avoir pris.
Lors d’une présentation des meilleures façons d’exploiter le potentiel du synchrotron, menée par Roy Beck-Barkai, biophysicien de l’Université de Tel-Aviv, l’assemblée constituée surtout de jeunes chercheurs arabes écoute attentivement.
«Il y a 10 ans, beaucoup auraient quitté la salle simplement à cause de la nationalité de l’orateur, confie Gihan Kamel, figée d’émotion. C’est la concrétisation de notre communauté de vision.»
Celle-ci est née, comme souvent, autour d’une machine à café, au CERN, avec une boutade. «C’était en 1994, juste après les prometteurs Accords d’Oslo entre Israël et la Palestine.
Avec feu Sergio Fubini, un collègue italien, nous avons lancé l’idée» d’utiliser la science comme vecteur de coopération au Moyen-Orient. «Personne n’y a cru», se rappelle Eliezer Rabinovici, physicien de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Sous une tente de Bédouins

Un symposium sur le sujet suivra, en 1995, sous une tente de Bédouins dans le Sinaï, en présence de centaines de chercheurs locaux, et de Prix Nobel. Mais comment cristalliser toute cette bonne volonté? En 1997 deux physiciens, l’Américain Herman Winick et l’Allemand Gus Voss, voyant sur la carte mondiale des synchrotrons un «trou entre le Moyen-Orient et l’Afrique», proposent de recycler celui de Berlin, Bessy I, destiné à la casse.
L’idée fait son chemin, chacun des pays du consortium listant ses apports possibles.
«En 2003, le roi de Jordanie décide de soutenir le projet, en offrant un terrain», détaille Khaled Toukan, directeur de SESAME. L’aventure commence pour de bon, sous les auspices de l’Unesco. «Le choix d’Amman pour la localiser était approprié, car seul ce pays maintenait des relations diplomatiques avec tous les autres.»
Or «tôt, il est apparu que l’idée de recycler un vieil accélérateur n’aurait pas aidé la science», tempère Giorgio Paolucci. Certains éléments de Bessy I ont donc été convertis en injecteur («booster») d’électrons pour SESAME; la structure du futur synchrotron est, elle, neuve.
Et fabriquée, fournie ou supervisée par diverses institutions de physique européennes (CERN, DESY, ESRF, etc.), voire suisse, à travers le Paul Scherrer Institut de Villigen.

Péripéties et retards

Durant sa gestation, SESAME aura connu bien des péripéties: toit du hangar surchargé de neige qui s’effondre, assassinat de deux physiciens nucléaires délégués de l’Iran à SESAME (pour des raisons semble-t-il non liées au projet), et surtout fragilité financière.
A la moindre secousse politique dans la région, le consortium en souffre. Lorsque l’Egypte change de gouvernement, les fonds réservés au projet sont gelés.
Quant à l’Iran, il ne peut d’abord pas payer sa part, l’embargo économique à son encontre interdisant les virements bancaires.
La situation se décante en 2012 lorsque le CERN, par son ancien directeur Chris Llewellyn Smith, convainc l’UE d’allouer 5 millions au projet, s’alignant sur quatre des pays participants (Iran, Israël, Jordanie et Turquie) qui ont misé pareil.
De quoi surtout encourager des gouvernements européens à apporter leur soutien. Mais pas les Etats-Unis ou l’Arabie saoudite, à cause de la présence de l’Iran.
Aujourd’hui, si le budget total de 110 millions de dollars n’est pas entièrement assuré, le synchrotron a pu être érigé et lancé; il doit être inauguré le 16 mai en présence du roi de Jordanie.

Electrons émetteurs de lumière

Au fait, que permettra l’installation? Des électrons y sont accélérés jusqu’à une vitesse proche de la lumière sur une boucle. Ce faisant, ils émettent tangentiellement à leur trajectoire des rais de lumière dite «synchrotronique» de divers types (rayons X, infrarouge, etc.).
Ceux-ci sont dirigés sur des échantillons, afin d’en révéler l’agencement des molécules et les propriétés. Un tel instrument peut être utilisé dans moult domaines, de la science des matériaux à l’archéologie en passant par la chimie ou les sciences de la vie.
Le biophysicien israélien Roy Beck-Barkai envisage d’y recourir pour étudier l’assemblage de nanomolécules. Son compatriote Jan Gunneweg, spécialiste des célèbres manuscrits de la mer Morte, veut faire la lumière sur leur mode de fabrication à l’aide de SESAME.
Gihan Kamel, elle, souhaite utiliser l’infrarouge de l’instrument pour améliorer les biopsies mammaires, ou étudier l’effet thérapeutique d’extraits d’huiles de plantes sur les tissus atteints d’Alzheimer. Et le Pakistanais Muhammad Imran veut trouver comment fabriquer des molécules pharmacologiques ayant des effets secondaires moindres.
Enfin, le Palestinien Ahmad Bassalat va exploiter la machine pour traquer la présence de microbes dans l’eau de consommation.
Tous ces scientifiques bénissent l’installation d’une telle infrastructure dans la région.
«Celle-ci va aussi bénéficier du transfert de technologie qui y sera lié, tant l’objectif est de faire de la science de classe mondiale!» se réjouit Khaled Toukan.
D’ailleurs, ajoute Giorgio Paolucci, afficher une collaboration internationale ne constituera pas – comme on aurait pu le penser – un critère primordial pour se voir accorder du temps d’utilisation: «C’est le mérite scientifique qui va primer.»
Du côté iranien, on voit ce projet d’un très bon œil. Mahmoud Tabrizchi, chimiste à l’Université d’Ispahan, estime que SESAME a eu un effet de levier dans son propre pays, «en stimulant la construction de notre propre synchrotron, à 100 km de Téhéran; il sera achevé dans 6 ou 7 ans. Nous comptons apprendre beaucoup de SESAME.»
De quoi ensuite abandonner le consortium? «Non, car il n’y aura jamais trop de machines.»
«SESAME est un synchrotron de l’avant-dernière génération, admet Roy Beck-Barkai. Mais ce n’est pas grave.
Dans la soixantaine de machines existant au monde, il n’y a pas assez de temps d’utilisation disponible. De même qu’on n’a pas besoin d’une Ferrari pour conduire ses enfants à l’école, celle-ci suffira largement pour nombre d’expériences» – au point qu’elle fonctionnera 24h/24.
Un avis que partage Muhammad Imran: «Ce projet nous ouvre les portes d’une méthode scientifique qui, pour nous Pakistanais, restait jusque-là inaccessible en Occident.»

La science, vraiment sans frontière?

Dans quelle mesure ces scientifiques estiment-ils que SESAME contribue aussi à l’établissement d’une paix? «J’y crois, même si cela prendra du temps», affirme l’Iranienne Maedeh Darzi, jeune chercheuse en archéométrie qui travaille avec l’Israélien Jan Gunneweg.
«La science a déjà permis des rapprochements, entre Russes et Américains par exemple», abonde Roy Beck-Barkai.
De l’autre côté du Jourdain, les avis sont plus prudents: «Je vis à Naplouse, en Cisjordanie, à 80 km, mais cela m’a pris plus d’un jour pour venir ici, les frontières n’étant pas toujours ouvertes», raconte le Palestinien Ahmad Bassalat.
Qui poursuit: «Un de mes doctorants, pourtant lauréat d’une bourse française, s’est vu refuser l’autorisation de passer en Jordanie, pour des «raisons de sécurité»…
Selon lui, à quoi bon se targuer de «parler de science» à Amman s’il est d’abord, pour des motifs politiques, impossible de s’y rendre? «La paix est ailleurs», conclut-il, un peu désabusé. «La diplomatie scientifique est très utile, mais en Iran, la politique est si forte…» tempère aussi Mahmoud Tabrizchi. Comme Muhammad Imran: «Tels la musique et les arts, la science est sans frontière. Cela dit, la paix est une grande chose. Mais les grandes choses commencent souvent par des petits pas.»

Le soutien de l’Europe

Le Pakistanais souligne aussi que «si SESAME a vu le jour, c’est largement grâce aux soutiens des institutions européennes».
«Sans ces apports, le projet se serait très difficilement fait, admet Paul Dumas, directeur de recherches à SOLEIL, le synchrotron basé près de Paris. Et même si le fonctionnement de SESAME doit à terme être pris en charge par ses équipes, nous resterons toujours des entités-ressources pour elles, tant elles manquent d’expérience. Mais ce risque, on le connaissait d’emblée.»
Cette quasi-obligation de réussir ce projet de diplomatie scientifique, dans lequel l’Europe s’est impliquée au point de créer une dépendance à son égard, influe-t-elle sur le travail de ses acteurs?
«Oui, on sent la pression, admet Gihan Kamel. Mais désormais, tous les chercheurs de la région ont aussi leurs propres envies de le réussir. Et même si le support occidental disparaissait, je suis convaincue que l’on y parviendrait! Rien que cette motivation commune a déjà valeur de paix.»

Par Olivier Dessibourg
Source Le Temps
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire