Chargement...

lundi 6 mars 2017

L'incarcération du soldat Azaria reportée

 
 
Un tribunal militaire israélien a reporté jeudi l'incarcération, initialement prévue dimanche, du soldat Elor Azaria, condamné la semaine dernière à 18 mois de prison pour avoir achevé un terroriste palestinien blessé, qui venait de perpétrer une attaque, et apparemment hors d'état de nuire....



Le tribunal a accepté la requête de la défense qui demandait que son emprisonnement attende la réponse de l'appel interjeté contre sa récente condamnation.
"L'emprisonnement est reporté jusqu'au résultat de l'appel", a annoncé la juge, le général Orly Markman.
Elor Azaria, qui devait rallier dimanche la prison militaire d'Atlit (nord), restera consigné dans sa base jusqu'à ce que la cour d'appel délivre sa décision, a-t-elle dit.
Elor Azaria, 21 ans, a été condamné le 21 février par un tribunal militaire à 18 mois de prison ferme après un procès qui aura duré plusieurs mois et qui a profondément divisé l'opinion publique israélienne.
Le soldat a été filmé le 24 mars 2016 alors qu'il tirait une balle dans la tête d'Abdel Fattah al-Sharif à Hébron, en Judée-Samarie. Le terroriste palestinien venait de tenter de poignarder des soldats. Atteint par balles, il gisait au sol, apparemment hors d'état de nuire.
Elor Azaria, qui a aussi la nationalité française, est le premier soldat israélien condamné pour homicide depuis plus de dix ans selon la presse.
Devant la cour d'appel, l'avocat d'Elor Azaria, Yoram Sheftel, a fait le lien entre le soutien populaire d'une partie de la société israélienne et le fait que les trois autres avocats du soldat ont renoncé à continuer assurer sa défense, estimant que le jugement était favorable.
"Je me tiens ici tout seul, mais ils sont des millions derrière moi", a dit ce ténor du barreau, connu pour avoir évité la pendaison à John Demjanjuk, un ancien auxiliaire ukrainien des nazis.
Selon Me Sheftel, la décision concernant l'appel interjeté pourrait prendre six semaines.
Les anciens avocats d'Elor Azaria étaient défavorables à un appel, et préconisaient une demande de réduction de peine auprès de son commandement, ou encore une demande de grâce présidentielle.
Selon un récent sondage, 69% des Israéliens sont en faveur de l'octroi d'une grâce à Elor Azaria et 56% trouvent sa peine trop sévère.
Le Premier ministre Benyamin Netanyahou et plusieurs membres de son gouvernement se sont prononcés pour une grâce.
Source I24News
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire