mardi 6 novembre 2018

"Illusions", l'expo israélienne qui va faire dérailler votre cerveau ouvre ses portes......à Paris !


"On ne peut lutter contre ce que notre cerveau nous dicte", explique au HuffPost Baptiste Bureau, le chef de projet de l'exposition "Illusions" qui démarre ce mardi 6 novembre au Palais de la Découverte à Paris. Jusqu'au 25 août 2019, cette exposition vous fera découvrir les dysfonctionnements sensoriels que crée votre cerveau avec une quarantaine d'ateliers. Hallucinations assurées......Détails.......



Organisé dans le cadre de la Saison France-Israël, cette exposition a été importée du Bloomfield Science Museum de Jérusalem pour initier les visiteurs parisiens à l'analyse de leurs sens. 
Par exemple, cette exposition va vous faire comprendre pourquoi les marins ont le mal de terre, ou encore pourquoi est-ce que le Parthénon à Athènes paraît symétrique alors qu'il n'en est rien. Vous comprendrez comment le cerveau s'adapte en permanence, et que les illusions d'optiques sont la résultante de cet effort.
Dans la partie "Cerveau interprétatif", les visiteur pourront comprendre que le cerveau utilise son expérience passée pour sélectionner ce qu'il voit, ce qui conduit à une illusion d'optique.
Les ateliers se divisent en quatre sections: interprète, sélectif, sensible et expert. À travers cet itinéraire, des grands classiques d'illusions créés par des physiciens et artistes sont reconstitués. 
Ils permettent de mieux comprendre la gymnastique qu'exerce notre cerveau quand nous sommes victimes d'une illusion. Et certains se retrouvent dans notre quotidien.

L'illusion d'optique dont sont victimes les médecins

Ernst mach, célèbre physicien autrichien du 19e siècle, a nommé un phénomène que notre cerveau créé en s'adaptant. Si une bande noire sépare deux couleurs d'un contraste légèrement différent, nous allons croire que ces deux couleurs sont les mêmes. 
Aussitôt la bande noire retirée, notre regard va percevoir la ligne qui sépare les deux couleurs, et va donc les distinguer. 
Le cerveau s'est adapté au changement et a été victime d'une distorsion de perspective.
Les médecins sont parfois victimes de cette illusion d'optique lors de l'interprétation de radiographies osseuses et peuvent diagnostiquer à tord des caries ou des fractures à leur patient. 
L'échiquer d'Adelson, que l'on retrouve aussi dans l'exposition, met en lumière ce principe.

 Vernissage et exposition Beni Gassenbauer

L'effet d'optique du Parthénon

L'exposition "Illusions" propose aussi une reconstitution de la fameuse chambre du docteur Ames. 
Cet ophtalmologiste américain a construit en 1946 ce qui sera la première chambre à illusion d'optique. 
En plaçant son regard en face de cette pièce, les dimensions de la chambre paraissent normales. Sauf que les personnes rétrécissent où grandissent en passant d'un angle à l'autre de la chambre. C'est normal, car en réalité la pièce est truquée: le sol, le mur et les objets de la pièce sont construits en prenant en compte la perspective du point de vue.
C'est sur ce principe de perspective que le Parthénon grec a été construit par les architectes de l'antiquité, qui auraient pris en compte la disposition du sol et du rendu global dans leurs plans. 
Contrairement à ce qui est perçu de loin, aucune colonne n'est similaire et cet édifice n'est fait que de courbes dont les dimensions sont variables. Pourtant au loin, il paraît droit. C'est grâce à un effet d'optique.

L'illusion du mur du café

Contrairement à ce que vous pensez, les lignes sur l'image ci-dessous sont bel et bien parallèles! 
C'est le professeur Richard Gregory qui a théorisé ce phénomène après qu'un des membres de son laboratoire a découvert par hasard cette illusion d'optique dans un café de Bristol en Angleterre, le "Café Wall Illusion". 
Encore une fois c'est le cerveau qui, en quête de confort, va interpréter la couleur de la ligne grise entre les carreaux comme du noir s'il est près d'un carreau noir ou en blanc s'il est près d'un carreau blanc. 
Cette assimilation simplifiée du gris va créer un déséquilibre qui va donner cette illusion d'optique.
"Le vase de Rubin", "le visage qui s'efface", "l'illusion du serpent", "la spirale de Kitaoka" ou encore "le motif de Kanizsa"... Bien d'autres phénomènes sont à observer dans cette exposition. Mais pour les apprécier, le mieux reste encore d'aller y frotter ses sens.
Dans le cadre de la saison culturelle 2018/2019 du Palais de la Découverte, beaucoup d'autres expositions vous feront comprendre le fonctionnement du monde à travers les sciences.

Source HuffingtonPost
Vous nous aimez, prouvez-le....


Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook... 
Sommaire
 Vous avez un business ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire