mardi 26 juin 2018

David Goldblatt meurt et l’œil de l’apartheid se ferme


David Goldblatt faisait partie de ces photographes que l’on associe immanquablement à une thématique, si ce n’est à une cause. Avec sa disparition s’achève une longue observation hypersensible des effets de la ségrégation raciale en Afrique du Sud......Détails........



Décédé lundi à l’âge de 87 ans, le photographe d’origine juive et lituanienne, né près de Johannesburg, avait documenté l’apartheid pendant quarante ans avec un grand sens de la nuance et de la suggestion.
«La couleur me semblait trop sucrée pour les choses terribles qui se passaient, je ne voulais pas édulcorer»
David Goldblatt ne se focalisait pas sur les brutalités les plus visibles, mais s’attachait à restituer la violence infusée dans tous les aspects de la vie quotidienne, soulignée par l’âpreté que lui conférait sa maîtrise du noir et blanc. «La couleur me semblait trop sucrée pour les choses terribles qui se passaient, je ne voulais pas édulcorer», déclarait-il encore en avril lors de sa grande rétrospective au Centre Pompidou, à Paris, fermée en mai dernier. 
Il avait toutefois tenté la couleur lors de la libération avant d’y renoncer face à un pays qui ne trouvait pas, selon lui, la voie de la réconciliation et faisait perdurer les anciennes barrières (TDG)









Source Tribune de Geneve
Vous nous aimez, prouvez-le....


Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook... 
Sommaire
 Vous avez un business ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire