Chargement...

mardi 14 novembre 2017

Le nouveau roman de Nissim Gérard Dahan « Plus jamais sans Zion »


Le Livre Actualité (maison d’édition ) nous propose depuis fin août 2017, le nouveau roman de Nissim Gérard Dahan, « Plus jamais sans Zion ».Le titre de l’ouvrage pourrait être une énigme en soi, « Zion est le mot anglais pour Sion, qui est le nom de la colline sur laquelle est bâtie Jérusalem et qui deviendra le nom de la citadelle de cette même ville. » Sion personnifie aussi la présence et la bénédiction de Dieu.......Détails.........


 
Un titre prometteur qui éclaire constamment ce livre d’une lueur mystique. Mais pour comprendre la portée de ce livre, il me faut vous parler de son auteur, Nissim Gérard Dahan.
Né au Maroc en 1940, il fait toute sa carrière en France, après des études amputées de deux ans et demi consacrées à la guerre d’Algérie, il travaille le jour et prend des cours du soir.
Après 38 ans de bons et loyaux services, il part s’installer en Israël avec toute sa famille. Parallèlement, dit-il « depuis toujours où que je me trouve, j’ai toujours un crayon, du papier, une gomme et même un taille-crayons pour noter tout ce que mes curieux yeux observent ».
Ses observations vont le mener a écrire plusieurs tomes d’un même sujet « Un don spécieux sur la table du Chabbat » s’adressant plus à des religieux qu’à des traditionnalistes.
Dans ses livres suivants il cherchera a réduire l’intensité religieuse comme dans  » L’emblème des égarés » aux éditions Vent des lettres, puis « Naufrage en deça des entrailles des océans », « La ferme de mon grand-père », « Juste pour rire », ces trois derniers livres aux éditions du Net.
Son dernier roman nous raconte le parcours d’un homme, Moshé qui ayant  survécu à la Shoah, verra sa jeune fiancée assassinée par des terroristes égyptiens. Plus tard membre des services secrets israéliens, il se lance dans la traque d’anciens SS cachés dans la Pologne communiste, il en profite pour rechercher ses parents, sans succès, mais se promet de revenir chaque année et poursuivre ses investigations.
De retour en Israël, il prend part à la Guerre des Six jours en tant qu’officier supérieur, et puis … sa vie s’écoule ainsi, imprégnée d’une foi inébranlable, cette foi qui lui permet d’appréhender les obstacles de tous moments, les drames, les douleurs et les joies.
De 1961 à nos jours, l’auteur évoque ses douleurs et ses joies et en même temps nous parle de son pays, Israël empêtré dans ses contradictions,  mais luttant pour sa survie, entre organisation politique, pensée religieuse, tradition et modernité.
Je vous recommande cette épopée historico-religieuse, un peu longue certes, gorgée de bénédictions et de références bibliques, mais aussi très prenante et attachante.

Source France Net Infos
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire