Chargement...

jeudi 13 juillet 2017

Meurtre de Sarah Halimi: le caractère antisémite écarté !

 

Le suspect du meurtre de Sarah Halimi, dans le quartier parisien de Belleville en avril dernier, a été mis en examen pour homicide volontaire ce mercredi. En revanche, le mobile de l'antisémitisme n'a pas été retenu.......Détails........



Il reste hospitalisé en psychiatrie

Kobili Traoré, un jeune musulman de 27 ans, hospitalisé d'office depuis ce drame survenu le 4 avril dans un HLM du quartier parisien de Belleville, a été interrogé lundi par les magistrats instructeurs qui l’ont "mis en examen pour homicide volontaire au préjudice de Mme Attal-Halimi et pour séquestration" d’une famille voisine.
Il a été "placé sous mandat de dépôt, mais reste toujours hospitalisé". Il conteste toute motivation antisémite à son acte", selon un enquêteur. Si cette mesure administrative était levée, le jeune homme serait conduit en détention provisoire.

Rouée de coups puis défenestrée

Le 4 avril, Sarah Halimi, 65 ans, avait été rouée de coups puis défenestrée, à son domicile parisien du quartier de Belleville (Paris XIXe). Un suspect a été arrêté: il s'agit de son voisin, un homme de 27 ans, qui avait été arrêté puis immédiatement interné en hôpital psychiatrique.
Vers 04H30 cette nuit-là, Kobili Traoré, habitant avec ses proches au deuxième étage, s’était introduit chez sa voisine du dessus en passant par l’appartement d’une famille d’amis. Aux cris d’"Allah Akbar", entrecoupés d’insultes et de versets du Coran, il l’avait rouée de coups sur le balcon, avant de la précipiter dans la cour.

Une marche en hommage

Sarah Halimi était une femme juive pratiquante orthodoxe. Rapidement, ses proches et la communauté juive avaient évoqué un acte antisémite. Quelques jours après le meurtre, une marche avait rassemblé un millier de personnes à Paris pour rendre hommage à Sarah Halimi.

Le président du Crif furieux

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Francis Kalifat, a exprimé une "réaction de stupéfaction, d’incompréhension et bien sûr de colère" en apprenant que ce mobile n’était pas retenu.
"Le point positif, c’est que l’assassin est mis en examen, ce qui laisse penser qu’il y a une reconnaissance de responsabilité", a nuancé le dirigeant de la vitrine politique de la communauté juive organisée.
Pour le président du Consistoire, Joël Mergui, "cet acte aurait dû être qualifié d’islamiste immédiatement, le fait qu’il ne l’ait pas été a créé un climat qui altère la confiance qui s’était installée entre la communauté et les autorités". "Je suis furieux que les choses prennent autant de temps", a ajouté le responsable de l’instance religieuse, convaincu que, au final, la circonstance de l’antisémitisme sera retenue. "Dans la connaissance que j’ai du dossier, ça ne peut pas se terminer autrement", confie-t-il.

"Une première étape" pour l'avocat du fils de Sarah halimi

Avocat du fils de Sarah Halimi, Me David-Olivier Kaminski veut voir dans la mise en examen de Kobili Traoré "une première étape" alors que le dossier "était à l’arrêt".
"Il faut désormais que les juges et le parquet prennent leurs responsabilités pour que la dimension antisémite soit débattue au niveau judiciaire", a-t-il indiqué.
Source DNA
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire