Chargement...

mercredi 26 juillet 2017

La collection de peintures de l'État de Bavière restitue et rachète un tableau spolié pendant la Seconde Guerre mondiale

 
Fils d’un influent banquier d’origine juive, James von Bleichröder était le propriétaire de La Résurrection de Lazare, une peinture anonyme datée entre 1530 et 1540. À sa mort, en 1938, celle-ci a été mise aux enchères à Lepke et achetée par un marchand d’art qui l’a vendue à Hermann Göring.....Détails.......



En 1961, l’œuvre a été transférée à la collection de peintures de l’État de Bavière par le Fonds fiduciaire d’Administration de Biens culturels de l’Allemagne de l’Est sous le statut de « propriété d’état relocalisée ».
La recherche de l’origine de ce tableau a commencé en 2004, grâce à une publication du chercheur Ilse von zur Mühlen sur la collection d’art d’Hermann Göring.
C’est en découvrant que l’œuvre avait appartenu à l’homme politique nazi que les soupçons ont commencé. L’œuvre a donc été publiée sur la base de données « Lost Art » deux ans plus tard.
Aujourd’hui, le tableau revient aux ayants-droit de James von Bleichröder, qui sont arrivés à un accord avec l’institution bavaroise : la collection rend l’œuvre à la famille et la rachète ensuite.
« En tant qu’héritiers de James von Bleichröder, nous sommes satisfaits de cette résolution. La collection de peinture de l’État de Bavière a revu et approuvé la demande de restitution avec soin et considération. Nous ne pouvons pas défaire les crimes de l’époque nazie mais nous pouvons y apporter une résolution légale. Ceci a été accompli », a déclaré Frank Winkel, l’avocat qui représente une partie des héritiers.
La Résurrection de Lazare sera montrée sur le site de la Bayerische Staatsgemäldesammlungen de Schloss Johannisburg, à Aschaffenburg, dès que celui-ci sera terminé.
À côté de l’œuvre, une plaque en honneur de la famille von Bleichröder expliquera leur destinée ainsi que les détails de cette restitution.

Source Art Actu
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire