Chargement...

mercredi 26 juillet 2017

Cameroun : Le peuple Bamiléké, descendant de la Tribue de Juda ?

 

D’une superficie de 475.442 Km² et une population estimée à 23.739.218 habitants, le Cameroun est un géant démographique d’Afrique centrale fort de ses 240 langues nationales. La plus importante de ces langues est le Bamiléké qui symbolise à lui seul la culture camerounaise. Proche des Bamoun et des Tikar, les Bamiléké forment un groupe ethnique bien homogène qui occupe une grande partie de l’ouest du pays......Détails........



L’ethnie Bamiléké est sans doute l’ethnie la plus connue du Cameroun un peu dans le genre du Wolof au Sénégal, même si les proportions démographiques ne sont pas les mêmes. Toutefois qui dit Cameroun dirait aujourd’hui Bamiléké et ce rapport n’est pas fortuit.

Aux origines des Bamilékés au Cameroun

Les Bamilékés se décrivent comme un des descendants des anciens Egyptiens comme la plus part des Africains noirs.
En outre ils entretiendraient avec les Bamouns et les Tikar les mêmes origines d’où les ressemblances constatées dans leurs structures sociales et leurs langues. Plus précisément ils seraient partis de l’Egypte au IXe siècle de notre ère et seraient arrivés en région Tikar au XIIe.
Certains chercheurs comme l’Abbé Thomas Ketchoua racontent que les Bamilékés sont des descendants directs de la tribu de Juda d’Israël duquel ils seraient descendus en Egypte, puis en Ethiopie avant de s’installer plus au sud au Cameroun.
Aujourd’hui l’on les retrouve dans les régions de l’Ouest, du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et du Littoral. Les Bamilékés sont donc principalement installés dans les régions de Bafoussam, de Douala, de Kumba et de Bamenda.

Culture et religion de l’ethnie Bamiléké

Pendant longtemps les Bamilékés ont parlé une seule langue qui s’est ensuite divisée pour donner notamment le Bamoun.
De son côté le Bamiléké-Bafoussam a évolué pour donner d’autres variantes qui ont-elles-mêmes donné naissance à des sous-dialectes. Héritée de l’Egypte ancienne, la religion des Bamilékés est un mélange d’adoration des divinités et des ancêtres.
Ce facteur a créé une organisation religieuse composée de pratiques d’initiation, de méditations et de rituels. Les Bamilékés possèdent également une importante activité artistique le plus souvent liée aux masques et aux adorations telles que la Statue de la Reine Porteuse de Coupe aujourd’hui exposée au Musée du Quai Branly en France.

Sociétés et activités des Bamilékés

La société Bamiléké est organisée en plusieurs niveaux de compétence et d’autorité.
Au premier niveau nous trouvons le chef ou roi dit « Fo » ou « Feu ». Il détient le pouvoir suprême et est parfois auréolé d’un mythe qui le grandit davantage. Au-dessous du Roi il y a le grand Prêtre qui possède le pouvoir magico-religieux qu’il utilise pour protéger le peuple et le chef lui-même des mauvaises intentions.
Ensuite suivent les chefs de quartier qui sont les représentants ou si l’on veut les délégués du chef dans les territoires qui composent le royaume. Enfin nous pouvons citer les notables qui prennent souvent la fonction de chef guerrier quand le roi ne peut pas assumer cette fonction dans les provinces qu’il dirige. Les Bamilékés pratiquent indifféremment le commerce et l’agriculture, mais ces activités sont faites dans des proportions familiales.
 L’ethnie Bamiléké est mathématiquement le groupe le plus nombreux du Cameroun si on prend en compte toutes ses composantes.

Il dépasse alors le Peul qui est l’autre grand groupe du nord Cameroun. Cependant l’ethnie Bamiléké est proprement camerounaise contrairement au Peul.
Source Cote d'Ivoire
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire