Chargement...

mercredi 7 juin 2017

Mahane Yehuda, le marché de Jérusalem qui se transforme en bar géant la nuit

 
 
Également connu sous le nom de « ha shouk » (« le marché » en hébreu), Mahane Yehuda ravitaille chaque jour les habitants du quartier du même nom en viandes, pâtisseries et produits savoureux en tous genres. Mais le soir, une fois les étals rangés, une ambiance festive et branchée investit ce lieu chargé d’Histoire......



Difficile de se rendre compte, en pleine après-midi, de l’ambiance nocturne délirante qui peut parfois régner sur le marché Mahane Yehuda. On nous avait dit de venir d’abord en journée, de préférence le vendredi avant le repos hebdomadaire du shabbat, pour voir la frénésie qui peut parfois planer sur ce lieu, quand le soleil est encore présent.
Car c’est ici, dans ce marché majoritairement composé de commerçants juifs séfarades et mizrahim (venus du Moyen-Orient), qu’une partie de la population juive de Jérusalem-Ouest vient se fournir en produit frais pour ses repas.
Le marché Mahane Yehuda existe depuis la fin XIXe siècle, quand Jérusalem était sous domination ottomane.
À l’époque, une quinzaine de petits stands tenus par des familles juives et musulmanes s’installent de manière informelle dans ce quartier, pour y vendre chaque jour toutes sortes de produits.
Bien que tenu dans des conditions sanitaires déplorables, ce marché improvisé continuera d’exister jusqu’en 1920, année au cours de laquelle la Palestine passera sous mandat britannique.
Les Anglais percevront alors le potentiel du lieu et décideront de le sublimer en faisant appel à des architectes, qui le rénoveront. Dès lors, le marché Mahane Yehuda ne cessera de croître et de se développer.
De 2000 à 2005 cependant, le contexte politique tendu de la région rattrape Jérusalem.
La seconde Intifada sévit et fait plus de 5 670 morts, selon l’AFP (un attentat perpétré sur le marché avait déjà fait 14 morts en 1997). À Jérusalem-Ouest, les commerçants se risquent de moins en moins sur le marché, et les habitants doivent compter sur les quelques vendeurs toujours présents, à qui ils se pressent d’acheter des aliments, avant de rentrer aussitôt se réfugier chez eux. Le marché n’est alors plus que l’ombre de lui-même…
En 2005, quand l’Intifada prend fin, vendeurs et clients reviennent doucement s’approvisionner à Mahane Yehuda.
Et au cours des dix années qui suivront, le « shouk » redeviendra un lieu exclusivement dédié à l’approvisionnement de nourriture. Mais ça, c’était avant. Car récemment, le lieu s’est complètement transformé, grâce à l’imagination et la volonté de deux jeunes hommes amoureux du quartier.
En 2015, Berel Hahn, né à New York, et son ami graffeur d’origine anglaise Solomon Souza, s’inspirent du street artist Banksy et de son documentaire Faites le mur.
Pour donner de l’éclat et des couleurs au marché Mahane Yehuda, ils décident de demander aux propriétaires de tous les commerces de choisir un personnage qu’ils souhaiteraient voir graffé gratuitement sur les stores de leurs boutiques. Tout le monde joue le jeu, si bien qu’aujourd’hui, quand les commerçants quittent le marché en fin de journée, Mahane Yehuda se transforme en véritable galerie d’art à ciel ouvert, composée de portraits de femmes et d’hommes, connus ou non, qui veillent sur le marché la nuit.
Mais les graffitis ne sont pas les seuls à pointer le bout de leur nez la nuit tombée.
Après la métamorphose du marché, un nouveau public composé de jeunes habitants a lui aussi commencé à s’y aventurer le soir.
Une flopée de bars et de restaurants les ont rapidement rejoints, faisant du shouk Mahane Yehuda le QG d’une jeunesse branchée, avide d’endroits où sortir et danser le soir.
Car contrairement à la ville voisine, la bouillonnante Tel Aviv, la « vieille » Jérusalem, millénaire et berceau des trois grandes religions monothéistes, garde une image lourde, emplie de traditions et de spiritualité.
Rien de mieux donc qu’un nouvel endroit atypique et charismatique où boire des coups et faire la fête, avant de se ravitailler en aliments frais pour le petit-déjeuner, une fois la nuit blanche atteinte.

Pour voir plus de photos cliquer ICI




Source Tribune Juive
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire