Chargement...

dimanche 7 mai 2017

Vidéo : Quand un israélien vend sa voiture, ça décoiffe !!!

 
 
Voici la vidéo d’un propriétaire israélien de Suzuki Vitara 1996 qui veut vraiment, vraiment vendre son véhicule. Et pour ce faire, quoi de mieux que deux minutes d’effets spéciaux sur de grands classiques du cinema ?......Vidéo.........



S’il cherchait la reconnaissance mondiale, Eugene Romanovsky l’a trouvée: sa vidéo mise en ligne sur YouTube il y a à peine trois semaines afin de ventre son Suzuki Vitara 1996 (qu’on désignait à l’époque Suzuki Sidekick, sur notre continent) approche déjà les deux millions de visionnements.
C’est qu’il s’est donné du mal, cet artisan des effets spéciaux du cinéma établi à Tel-Aviv, en Israël, pour créer ces deux minutes de film vantant son «meilleur ami depuis dix ans».
La «Légende», la «Bête», le «Héro» se retrouve ainsi vedette d’une bande-annonce qui reprend des films comme Parc Jurassique, Mad Max, Les Transformers, Sex in the City, Retour vers le Futur, Apollo 18 et Gravité.
Les spécifications – soit un moteur de 1,6L produisant 96 chevaux par le biais d’une boîte manuelle et les… fenêtres «automatiques» – émaillent l’écran alors qu’on voit ledit Suzuki Vitara:
•survivre à une avalanche, dans une cascade directement tirée d’une publicité télévisée de Jeep Wrangler – «Mon prochain véhicule», spécifie Romanovsky dans son générique;
•plonger dans les mers, entre deux requins et un monstre de tortue, comme sujet d’un documentaire du National Geographic;
•traverser les déserts et la jungle – tel un «Découvreur sans peur» – pour ensuite être propulsé dans l’espace…
•… et venir surprendre Neil Amstrong sur la lune. Une manière comme une autre de démontrer la «qualité durable du bon vieux temps» à laquelle prétend l’utilitaire vieux d’un quart de siècle.
Le suspense se conclut alors qu’on aperçoit l’auteur lui-même (un natif de la Lettonie, dit sa page Facebook) débarquer de son Suzuki et nous en présenter les clés. Les sous-titres affirment alors que le véhicule «a besoin de votre amour… et peut-être d’un peu de peinture».
Nous avons demandé à M. Romanovsky s’il avait vendu sa «petite bête» et si oui, à quel prix, nous vous reviendrons dès que (et si) nous obtenons une réponse.



Source Tribune Juive

Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire