Chargement...

jeudi 11 mai 2017

Vers une dégradation des rapports entre Israël et la Turquie ?

 
 
Les déclarations formulées tant par le chef de l’État turc que des responsables israéliens en ce début de semaine, soulèvent l’éventualité d’une nouvelle dégradation des relations diplomatiques entre ces deux pays partenaires dans la région.......Explications......



Des critiques sur les politiques intérieures menées par les deux parties

Au cours d‘un forum international organisé le 8 mai dernier à Istanbul en présence de Rami Hamdallah, le Premier ministre palestinien, le chef de l’État turc a invité les musulmans à se rendre « aussi souvent que possible » sur l’esplanade des Mosquées de Jérusalem.
Il a dénoncé l’occupation de la ville sainte comme étant une « insulte », et plus largement la politique intérieure menée à l’égard des Palestiniens et musulmans.
La réponse n’a pas tardée. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien a fait savoir que Benjamin Netanyahou rejetait les critiques sur la politique intérieure de son pays.
Plutôt que d’y répondre, il a choisi de critiquer à son tour les dirigeants turcs, leurs affaires intérieures, et a rappelé qu’Israël constituerait la « seule vraie démocratie de la région ». Plusieurs ministres se sont joints à cette position.

Simple accrochage ou prémisse d’une nouvelle rupture diplomatique ?

Ces échanges ne sont pas sans rappeler la crise diplomatique entamée à l’été 2010, lorsque les autorités israéliennes ont mené un assaut contre le Mavi Marmara, flottille de militants turcs pro-palestiniens.
Après une normalisation durant l’été 2016, pour des raisons politiques et géopolitiques, ces critiques pourraient laisser penser à une nouvelle dégradation des liens entre ces deux États forts du Moyen-Orient.
Si l’ambassadeur turc a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères israélien, ce dernier a ensuite opté pour l’apaisement en déclarant que la réponse israélienne « a été entendue » et que cet accrochage pouvait donc en rester là.
Il semble donc que les deux pays ont conscience de la nécessité de maintenir leurs relations et leur partenariat diplomatiques, dans un contexte régional tendu avec des États de plus en plus instables.

Kiymet Altan
Source Aujourd'hui la Turquie
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire