Chargement...

dimanche 14 mai 2017

Mission axée sur l'innovation: Couillard en Israël et en Judée-Samarie

 

D'Israël à la Judée-Samarie, le premier ministre Philippe Couillard entreprendra jeudi une mission d'envergure au Moyen-Orient. Le Québec cherchera ainsi, notamment, à rattraper son retard dans le secteur de l'innovation, au pays considéré comme le royaume des «start-ups»......



Ce sera la première fois qu'un premier ministre du Québec mettra les pieds en Israël et en Judée-Samarie en mission officielle, une escapade d'environ une semaine d'abord axée sur l'innovation, mais qui fera aussi une place à la stimulation des échanges commerciaux, aux partenariats en éducation et aux rencontres de dirigeants politiques, tant israéliens que palestiniens.
Accompagné par plus d'une centaine d'entrepreneurs, recteurs d'universités et dirigeants d'instituts de recherche, M. Couillard dirigera alors l'une des plus importantes missions de ce genre des dernières années.
Le Québec, qui veut plus que jamais se tourner vers l'innovation et les hautes technologies pour moderniser son économie, a l'intention de s'inspirer du modèle mis au point ces dernières années en Israël, le pays de l'innovation qualifié de «paradis mondial des start-ups». En 2013, on en comptait plus de 5000, pour une population de 8 millions.
L'objectif ultime consiste donc à stimuler le secteur québécois de l'innovation. Le Québec est reconnu pour être créatif, tout en ayant de la difficulté à transformer de bonnes idées en produits commerciaux à forte valeur ajoutée.

En mars dernier, le Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal faisait un constat très dur, dénonçant dans une étude le peu d'efficacité des politiques gouvernementales québécoises, censées pourtant encourager l'innovation par l'investissement en recherche et développement par des mesures fiscales.
Les auteurs pointaient du doigt le peu de soutien en ce domaine prévu pour les PME, pourtant le coeur de l'économie québécoise.
Québec rendait publique sa nouvelle stratégie d'innovation vendredi.
Le premier ministre Couillard sera en Israël en même temps que le président américain Donald Trump, qui fera alors sa première visite à l'étranger. Cette coïncidence a obligé l'entourage du premier ministre Couillard à modifier son agenda à la dernière minute et à revoir la séquence des visites prévues, pour tenir compte de l'impact causé par la présence du président des États-Unis, puissant allié d'Israël.
En Israël, la délégation québécoise parcourra une bonne partie du pays, se rendant notamment à Tel-Aviv, Jérusalem, Haïfa, avec un bref crochet du côté de Ramallah, en Judée-Samarie.
Bombardier, qui possède un centre de transformation où se rendra le premier ministre, fera partie des participants, tout comme Air Canada, Hydro-Québec, Air Transat, Ubisoft et Montréal International, pour ne nommer que ceux-là. Plusieurs dirigeants d'instituts de recherche et de centres de recherche universitaires seront aussi du nombre, de même que de nombreux chefs d'entreprises de haute technologie.
Le programme, qui pourrait encore être modifié, s'annonce chargé: visites d'entreprises de haute technologie, tables rondes avec des gens d'affaires intéressés aux technologies de l'information, allocutions devant des milieux d'affaires sur le thème de l'innovation, visite d'un centre communautaire, visite d'un centre de formation en cyber sécurité et visite d'une école fréquentée par des juifs et des arabes. En prime, le premier ministre visitera aussi une école de hockey fréquentée par des enfants, garçons et filles.
Le Québec n'a aucune représentation en Israël, le gouvernement a donc dû compter sur les services offerts par l'ambassade canadienne à Tel-Aviv pour faciliter l'organisation de la visite.
Les échanges commerciaux entre le Québec et Israël sont négligeables, ayant atteint 345 millions de dollars en 2016. Israël, un pays de taille semblable au Québec, se situe au 38e rang des partenaires commerciaux du Québec. De ce côté, donc, tout reste à faire.
L'intérêt du Québec pour Israël va croissant. La visite de M. Couillard en Israël fait suite à une mission semblable menée par le maire de Montréal, Denis Coderre, en novembre dernier, conjointement avec le maire de Toronto. Au cours des dernières années, les ex-ministres Jacques Daoust et Raymond Bachand avaient aussi dirigé des missions économiques dans ce pays.
Source La Presse
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire