Chargement...

jeudi 25 mai 2017

Dans 40 ans, Israël devrait avoir la plus forte densité de population du monde occidental

 
 
À en croire les projections commanditées par le gouvernement Israélien, la population du pays du Proche-Orient devrait atteindre les 18 millions d’ici 40 ans, soit plus du double d’aujourd’hui. Parmi ces Israëliens, 29% devraient être des haredim (Juifs orthodoxes) laors qu'ils ne sont actuellement que 9%.....



La population de l’État d’Israël devrait doubler en l’espace de 40 ans. C’est du moins ce que supposent les dernières projections du Bureau central israélien de statistique, commanditées par le gouvernement israélien.
« Israël aura la densité démographique la plus élevée du monde occidental », a ainsi expliqué le démographe Sergio Della Pergola, l’un des auteurs de l’étude, au Jerusalem Post.
Comme le souligne le journal, le Bureau central israélien de statistique a donc revu à la hausse de précédentes projections établies en 2012.
À l’époque, le Bureau considérait en effet que la population atteindrait les 15,5 millions en 2059.
Cette différence importante s’expliquerait par le fait que le Bureau avait, visiblement à tort, considéré que le taux de fécondité continuerait de baisser.
Résultat : si ces nouvelles projections venaient à se vérifier, Israël, petit État du Proche-Orient de 20.770 km2, pourrait devenir le pays avec la plus forte densité de population du monde occidental — plus densément peuplé que la Judée-Samarie et la bande de Gaza de 2017 réunies.
De plus, Sergio Della Pergola n’hésite pas cette fois-ci à affirmer que sauf bouleversement majeur ces projections devraient se révéler justes à quelques centaines de milliers de personnes près.
Étant donné l’important taux d’urbanisation (92%), et l’existence d’une situation géographico-politique extrêmement complexe avec la Judée-Samarie, certains experts mettent en garde le pays contre une catastrophe démographique imminente.
Cependant, d’autres, à l’instar de Della Pergola, considèrent que le pays a encore les moyens de s’étendre en dehors de son centre géographique, la région Tel Aviv-Jérusalem, en installant ces nouveaux Israéliens vers ce que le pays appelle la périphérie.
« Israël possède une énorme aire qui est très sous-peuplée. Si vous répartissez la population de façon plus égale dans la périphérie, la densité n’est pas un problème.
Néanmoins, je n’ai observé aucune stratégie allant dans ce sens de la part du gouvernement », conclut le démographe.
Optimiste, Gilad Malach, un analyste du think tank Israel Democracy, interrogé par le Jerusalem Post, note qu’ailleurs dans le monde d’autres sociétés se sont montrées capables de s’adapter à de fortes densités de population : « Ce n’est pas nécessairement un désastre. Singapour et Hong Kong sont encore plus peuplées, et ce sont des États prospères. ».
Autre point d’intérêt de l’étude, le fait que la société israélienne devrait devenir encore plus religieuse. « Il est intéressant de noter que les haredim vont dépasser les Arabes et devenir la plus importante minorité », commente ainsi Sergio Della Pergola.
À l’heure actuelle, on compte 9% de haredim dans le pays. Pourtant, d’ici 2040 ces derniers pourraient bien représenter 20% de la population du pays et même 29% dans 40 ans, atteignant les 5,25 millions, explique Jerusalem Online. De leur côté, les Arabes israéliens qui représentent actuellement 21% de la population totale, pourraient compter pour environ 20% d’ici 40 ans.
À noter que cette croissance rapide n’a rien de bien étonnant.
En effet, si le pays peut se prévaloir d’un taux de fécondité record (3,13 enfants par femme), c’est en grande partie grâce aux haredim qui enregistrent actuellement un taux de fécondité de 6,9 enfants par femme.
Source 8eme Etage
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire