Chargement...

mercredi 8 mars 2017

Un soldat Jordanien qui a tué sept écolières israéliennes en 1997 pourrait être libéré dès lundi !

 
 
Selon l'Associated Press, un fonctionnaire Jordanien a déclaré mardi que le soldat Jordanien qui a tué sept écolières israéliennes lors d'un voyage de classe en 1997 sera libéré lundi prochain après avoir purge une peine de 20 ans de prison ! ......Détails........


 
Mohammed Moumni, un porte-parole du gouvernement à Amman, a déclaré que le terroriste Ahmed Daqamseh devrait être libéré la semaine prochaine, peut-être le lundi, après avoir purgé sa peine.
Daqamseh était un soldat de l'armée jordanienne quand il a ouvert le feu sur un groupe d'étudiants qui visitaient l ' «île de la paix», a Naharayim le 13 Mars 1997, dans le cadre d'un voyage de classe.
Le site se situe en bordure du Jourdain, l'endroit appartenait aux juifs dès avant la création de l'Etat d'Israël.
En 1927, Pinchas Rutenberg, fondateur de la Palestine Electric Company, a signé un accord avec le roi Abdallah I de Jordanie pour construire une centrale hydroélectrique. 
Les canaux et les barrages construits à cet effet ont créé une île artificielle. L'usine a commencé à fournir de l'électricité en 1932.
En 1994, Israël a cédé la région à la Jordanie dans le cadre du traité israélo-jordanien de paix. 
Cependant, un accés a été créé pour permettre aux touristes israéliens de visiter le parc sans visa ni passeport, sur simple présentation de leur carte d'identité aux gardes jordaniens au passage de la frontière.
En 1997, Daqamseh a ouvert le feu sur les jeunes filles alors qu'elles se trouvaient du côté jordanien. Sept étudiantes ont été tuées et six autres ont été blessées.
Un tribunal militaire Jordanien a finalement jugé que le terroriste était mentalement instable et l'a condamné à la prison à vie, ce qui en Jordanie signifie généralement 25 ans de prison.
Suite à l'attaque terroriste meurtrière, le roi Hussein de Jordanie avait visité Israël et, aux côtés de Premier ministre Binyamin Netanyahu, avait exprimé ses condoléances aux parents des jeunes filles.
Les parlementaires jordaniens ont dans le passé fait pression pour obtenir la libération anticipée de Daqamseh. 
En 2013, 110 des 150 députés jordaniens avaient signé une pétition demandant sa libération.
En 2011, alors ministre de la Justice Jordanien Hussein Mjali avait provoqué un tollé quand il avait appelé à la libération de Daqamseh, affirmant qu'il était un "héros" : "Il ne mérite pas la prison. Si une personne juive avait tué des Arabes, son pays aurait construit une statue pour lui au lieu de le jeter en prison".
Daqamseh a nié avoir commis un crime, déclarant qu'il devrait être libéré de prison puisqu'il avait simplement rempli son devoir national et religieux en tuant les élèves juives !
Espérons qu'il soit rapidement libéré pour que le Mossad lui règle définitivement son compte....
 

 
 
 
La pourriture de nos jours.....
 
Le Memorial en hommage aux victimes

Source Koide9enisrael
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire