Chargement...

lundi 6 mars 2017

Syrie: affirmant qu'elle est juive, une famille d'Alep appelle Israël à l'aide


 
Des membres d'une famille bloquée à Alep en Syrie ont imploré le gouvernement israélien de les aider à quitter le pays, affirmant qu'ils sont juifs et qu'Israël est par conséquent obligé de ne pas les abandoner......



Dans un enregistrement transmis à la radio de l'armée par un membre de la famille qui a réussi à s'échapper et diffusé dimanche matin, on entend une femme se faisant appeler Razan demander à Israël d'aider sa famille à s'échapper d'Alep que des dizaines de milliers de civils ont quitté ces dernières semaines, suite aux raids aériens et les bombardements de l'armée syrienne et de son allié russe pour combattre l'État islamique.
"Il n'y a personne qui puisse nous aider à quitter cet endroit. Nous demandons au gouvernement israélien de ne pas nous abandonner et de nous aider à quitter la ville pour n'importe quel autre pays. Je demande au gouvernement d'Israël d'appeler le monde à le faire. Tout mon amour et mon dévouement sont tournés vers cette religion [le Judaïsme] ", dit-elle en arabe.
Dans l'enregistrement, Razan ajoute que "le gouvernement [d'Israël] est un gouvernement puissant et je crois qu'il n'abandonnera aucun Juif dans le monde. Tout Juif sait qu'[Israël] ne le néglige pas, parce qu' [Israël] est le pays le plus puissant sur la surface de la terre et n'abandonnera pas ses coreligionnaires".
Le frère cadet de Razan, Salah, qui a donné l'enregistrement à la radio de l'armée et qui vit maintenant à Londres après avoir fui Alep il y a plus d'un an et demi, a expliqué que son père était musulman et que sa mère était juive, et que lui et ses deux sœurs se considéraient comme juifs.
"Quand j'étais enfant, ma mère m'a dit que j'étais juif et j'ai compris cela. Avant la guerre je l'ai dit à tout le monde, tout le monde sait que je suis juif, tous les voisins autour de moi.
Après la guerre, je ne pouvais plus le dire, parce que c'est devenu très difficile ", a-t-il ajouté.
Malgré les appels à l'aide de la famille, les responsables de l'Agence juive, qui ont mené plusieurs opérations pour exfiltrer des Juifs de pays hostiles, ont déclaré à la radio de l'armée qu'ils avaient des doutes sur la judaïté de la famille.
Ils ont expliqué qu'habituellement, les personnes qui se trouvent dans des situations similaires veillent à cacher leur identité juive afin d'éviter de se mettre en danger.
De son côté, Elizabeth Tzurkov, qui fait des recherches sur la Syrie dans le cadre d'un forum israélien sur la région, a déclaré à la radio de l'armée qu'elle connaissait des cas semblables à ceux de cette femme, et a remis en question le scepticisme de l'Agence juive.
"Je ne sais pas sur quelle base l'Agence juive a déterminé que cette histoire n'était pas fiable", a-t-elle affirmé.
"Un certain nombre de Syriens, descendants de femmes juives et qui se sont convertis à l'Islam ou qui n'ont pas changé de religion, sont entrés en contact avec moi et se sont renseignés sur l'immigration vers Israël", a-t-elle ajouté.
Ce que l'on croyait être jusqu'à aujourd'hui les derniers juifs d'Alep ont quitté le pays en 2015, à un moment où on estimait qu'il restait une vingtaine de Juifs en Syrie.
Source I24News
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire