Chargement...

jeudi 2 mars 2017

"Pas de risque de conflit, mais la situation en Judée-Samarie est explosive"



Il y a peu de chance qu'une guerre éclate entre Israël et le Hamas ou le Hezbollah, car les deux organisations terroristes n'ont aujourd'hui aucun intérêt à se lancer dans une confrontation militaire. C'est ce qu'a expliqué mercredi le chef du renseignement militaire de l'armée israélienne, le major général Herzi Halevy, devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement (Knesset), selon le quotidien Haaretz.....



Selon des sources du journal israélien qui étaient présentes lors de cette audition à huis clos, Herzi Halevy a expliqué que le Hezbollah étant impliqué dans des combats en Syrie, il ne souhaite guère ouvrir un front supplémentaire contre Israël pour le moment. Il a toutefois ajouté qu'en cas de nouveau conflit avec le Hezbollah, l'armée libanaise participera vraisemblablement aux hostilités, en raison de la dépendance croissante du Liban à l'égard de l'aide iranienne.
Invité à se prononcer sur le rapport du contrôleur de l'État sur l'opération "Bordure protectrice" qui a été rendu public mardi, Halevy a salué la qualité des renseignements recueillis par Israël avant et pendant la guerre. Il a également déclaré que la coopération entre les différentes organisations de renseignement israéliennes était très bonne aujourd'hui.
Halevy a par ailleurs affirmé que l'armée israélienne a plus d'informations sur les tunnels aujourd'hui que par le passé, mais qu'il y aura toujours des surprises, selon les sources du Jerusalem Post. Il a cependant tenu à préciser que si les tunnels étaient dangereux, ils ne constituaient pas une menace existentielle pour Israël.
En revanche, M. Halevy a affirmé qu'en l'absence d'horizon diplomatique et en raison de l'absence de stabilité économique, la situation est explosive en Judée-Samarie et à Gaza. Il a ainsi plaidé pour des initiatives visant améliorer la situation économique des Palestiniens, afin de diminuer le risque d'explosion.
Le député Yaakov Peri (Yesh Atid, centre), qui a dirigé les services de sécurité intérieure, avant d'être membre du cabinet de sécurité au moment de l'opération "Bordure protectrice", a contesté les tentatives d'apaisement d'Halevi concernant les tunnels.
"Il y a aujourd'hui ceux qui ne voient pas les tunnels comme une menace stratégique. C'est vrai que les tunnels ne peuvent pas provoquer un renversement de régime en Israël. Mais si nous imaginons que des terroristes sortent de terre dans un jardin d'enfants dans l'une des communautés frontalières de Gaza, il ne fait aucun doute que cela pourrait changer l'équilibre stratégique sur le champ de bataille. Non seulement sur le champ de bataille entre Israël et Gaza, mais aussi dans tout le Moyen-Orient", a-t-il déclaré, selon le Jerusalem Post.
Il a ajouté qu'"il n'y a pas de grande probabilité pour qu'une guerre ou un conflit éclate en 2017", tout en appelant à la prudence, affirmant qu'une simple "erreur d'un terroriste ou d'un soldat peut provoquer un incendie".
Source I24News
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire