Chargement...

mardi 7 mars 2017

Netanyahu : une succession déjà disputée......

 

Moshe Ya'alon va créer un parti pour briguer le poste de chef du gouvernement. L'annonce a été faite discrètement le week-end dernier. Dix mois après avoir quitté le quatrième gouvernement Netanyahu, l'ex-ministre de la Défense Moshe (Boogie) Ya'alon a fait savoir, lors d'un événement culturel à Tel-Aviv, qu'il comptait créer un parti « pour défier le leadership » en place.....



Sans surprise, l'ancien chef d'état-major de l'armée israélienne lâche le Likoud et se positionne en alternative à son chef de file, Benyamin Netanyahu, depuis huit ans au pouvoir.
« Israël est confronté à des problèmes de sécurité, mais le défi le plus important reste celui de la corruption », a déclaré Moshé Ya'alon. « Je veux m'y attaquer, lutter aussi contre les menaces visant l'Etat de droit, contre le discours de haine tenu contre les Arabes et les ultraorthodoxes, contre la polarisation entre la gauche et la droite. » Le timing de cette annonce n'est pas fortuit.

Pari sur des élections anticipées

Dans la foulée de sa démission, provoquée par l'arrivée au gouvernement du leader ultranationaliste, Avigdor Lieberman, qui lui a succédé à la Défense, Moshe Ya'alon avait déjà confié qu'il souhaitait briguer le poste de Premier ministre.
Certes, le pays n'est pas encore en période électorale, une échéance théoriquement fixée au mois d'avril 2019. Mais au vu des différentes enquêtes pour corruption dont Benyamin Netanyahu fait actuellement l'objet, ses rivaux se positionnent et parient sur des élections anticipées.
Or Moshe Ya'alon, soixante-cinq ans, est perçu comme l'un des plus sérieux concurrents du champion de la droite israélienne. « Son franc-parler, sa crédibilité et son pedigree de militaire en font une valeur sûre », pointe le politologue Yehuda Ben-Meir.
Interrogé sur une possible coopération avec Il y a un futur, le parti centriste de Yaïr Lapid - lui-même bien placé dans les sondages -, l'ex-ministre de la Défense n'a pas exclu un scénario d'alliance. Reste que le jeu politique demeure très ouvert.
L'ex-dirigeant du Shin Bet, Avi Dichter vient ainsi d'annoncer qu'il comptait se présenter aux primaires du Likoud.
La publication fin février d'un rapport très critique du contrôleur de l'Etat sur la gestion de la guerre de Gaza de l'été 2014 (menée par Netanyahu et Ya'alon) a déclenché les règlements de comptes.
En effet, vertement critiqué dans ce document, Moshe Ya'alon a accusé un autre rival notoire de Netayahu, Naftali Bennett, le dirigeant du parti sioniste religieux Foyer juif qui était à ses côtés au sein du cabinet de sécurité, d'avoir orchestré des « fuites » avec une « arrière-pensée politique ».
L'ère « post-Netanyahu » a déjà commencé.

Nathalie Hamou, Les Echos Correspondante à Tel-Aviv

Source Les Echos
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire