Chargement...

dimanche 26 mars 2017

L'impression 3D est prometteuse pour l'aéronautique militaire

 
 
L’impression 3D pourrait être décisive dans le secteur de la défense en allégeant les contraintes logistiques et en améliorant la disponibilité des matériels. L’impression 3D (ou fabrication additive) permet de fabriquer des objets par ajout de matière, à partir d’un modèle numérique, contrairement aux procédés industriels soustractifs, plus classiques.....



Elle connaît aujourd’hui un développement rapide : le marché mondial de l’impression 3D devrait représenter 35,4 milliards de dollars en 2020, contre 15,9 en 2016, selon le cabinet IDC.
Dans le secteur de la défense, les expérimentations se sont multipliées ces dernières années, avec des attentes à la hauteur des enjeux stratégiques.
L’impression 3D est particulièrement prometteuse pour l’aéronautique militaire. Elle permet des designs plus complexes, qui économisent un poids précieux et donc du carburant en vol.
Plusieurs exemples récents l’illustrent : BAE Systems a fait voler un Tornado GR4 équipé de pièces produites par impression 3D directement sur le site de l’essai, Boeing a « imprimé » une pièce du F-18 et la Chine a produit en 2013 une énorme pièce en titane pour les appareils J-20/J-31.
Les secteurs maritime et terrestre pourraient également profiter de cette innovation.
L’US Navy a d’ailleurs annoncé en 2015 sa volonté d’utiliser l’impression 3D au bénéfice de la flotte et de l’aviation embarquée. Le recours généralisé au procédé permettrait une réparation et un entretien à moindre coût, donc une plus grande disponibilité opérationnelle des systèmes d’armes.
Du point de vue logistique, l’impression 3D pourrait être un vecteur de flexibilité sur les théâtres d’opérations.
En installant une imprimante 3D sur les bases arrière ou les porte-avions, les armées seraient en mesure de fabriquer à la demande les matériels nécessaires, par exemple une pièce de rechange. L’avantage serait double : à la fois militaire, avec un gain de temps précieux, et également financier, avec l’économie d’une livraison parfois coûteuse et la réduction des stocks de pièces de rechange.
Du côté de la logistique, il suffirait en effet de transporter une matière première unique et de fabriquer les pièces à la demande, au lieu de transporter et de stocker toute la gamme des pièces potentiellement nécessaires à la maintenance.
Grâce à la conception assistée par ordinateur et aux machines de fabrication, il serait également envisageable de concevoir une pièce spécifiquement adaptée aux besoins de chaque situation.
BAE Systems a, par exemple, annoncé en 2014 un projet d’imprimante embarquée dans un aéronef pour y produire des drones à la demande.
Source Israel Valley
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire