Chargement...

jeudi 2 février 2017

Vol de toiles au musée d’Art moderne: les oeuvres pourraient être en Israël


 
Cinq toiles de maître signées Picasso, Matisse, Modigliani, Braque et Léger, volés au musée d’Art moderne de Paris en 2010, pourraient se trouver aujourd'hui en Israël. Les enquêteurs avancent que les oeuvres ont pu être introduites clandestinement en Israël par l'un des trois accusés, afin d'y être vendues à un collectionneur.....



Arrêté en mai 2011, Vjéran Tomic, 49 ans, surnommé "l'homme-araignée" et ses receleurs comparaissent depui lundi devant le tribunal correctionnel de Paris, bien que les chefs d'œuvre restent introuvables.
Tomic, auteur du cambriolage, a rapidement avoué le vol après son arrestation, sans jamais donner le nom de ses commanditaires. Il encourt jusqu’à dix ans de prison pour vol.
Le second accusé, Jean-Michel Corvez, poursuivi pour recel, est accusé d’avoir commandé le vol de la toile de Ferdinand Léger, pour le compte d’un collectionneur marocain ou saoudien.
Enfin le troisième accusé, Yonathan Birn, un revendeur de montres rares, est accusé d’avoir dissimulé les cinq peintures après le vol, et soupçonné de les avoir venir en Israël.
Pour avoir dérobé ou recelé des trésors, "en bande organisée", ils encourent jusqu'à dix ans de prison.
Une peine qui peut être doublée pour "l'homme-araignée", compte tenu de la récidive légale : il compte déjà quatorze condamnations au casier pour des vols de bijoux et de toiles de maître chez de riches particuliers.
Devant le juge parisien, Birn a soutenu avoir paniqué et avoir jeté tous les tableaux. "Je pleure parce que c’est monstrueux ce que j’ai fait. Je me suis laissé submerger par un sentiment de panique. J’ai perdu toute raison", a-t-il déclaré au tribunal, ajoutant qu'il comprenait "que personne ne puisse (le) croire".
Dans la nuit du 19 au 20 mai 2010, Vjéran Tomic est venu dérober, au musée d'Art moderne de la ville de Paris, la "Nature morte au chandelier" (1922) de Fernand Léger, "La Femme à l'éventail" (1919) d'Amedeo Modigliani, "Le Pigeon aux petits pois" (1911) de Pablo Picasso, "L'Olivier près de l'Estaque" (1906) de Georges Braque et une "Pastorale" (1906) d'Henri Matisse.
Un butin estimé à près de 100 millions d'euros par la mairie de Paris, propriétaire des toiles, mais jusqu'à 200 millions par certains experts.
Source I24News
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire