Chargement...

dimanche 26 février 2017

Université Ben Gourion : Des chercheurs ont découvert comment espionner un ordinateur grâce au voyant LED du disque dur (Vidéo)


 
Gare aux LED d'ordinateur ! Elles peuvent désormais être utilisées à votre insu. En effet, le clignotement des LED ont permis à des chercheurs de l’Université Ben Gourion, en Israël, d'extraire à distance des données d’un disque dur....Détails et Vidéo......




Spécialisés dans le piratage des ordinateurs "air gapped", c’est-à-dire déconnectés du réseau, les chercheurs viennent de mettre au point une nouvelle méthode d'espionnage.
Comment ont-ils procédé ? Les chercheurs ont au préalable infecté la machine ciblée avec un malware (logiciel malware). Pas impossible, puisque même les machines déconnectées ont besoin d’être mises à jour. Une fois que ce malware a récupéré l’information désirée, il va la transmettre en faisant clignoter le voyant LED qui témoigne de l’activité du disque dur et que l’on trouve sur le devant de n’importe quel PC.
Ces petits flashs sont ensuite captés de l’extérieur, à travers la fenêtre du bureau, par une caméra accrochée à un drone. Une vidéo est disponible sur YouTube.
"Nous avons constaté que le clignotement de la LED d’un disque dur peut-être contrôlé avec une fréquence de 6000 clignotements par seconde. Un moyen pour transmettre des données très rapidement sur de longues distances", explique Morchedai Guri, un des chercheurs de l’Université israélienne au site Wired.
Ce clignotement permet d’exploiter un code s’apparentant au Morse, via lequel les chercheurs ont découvert qu’ils pouvaient transmettre des données à des vitesses pouvant atteindre 4.000 bits par seconde, soit 1 Mo toutes les 30 minutes.
Ce débit n'est pas suffisant pour un gros fichier, mais parfaitement adapté pour récupérer un mot de passe ou un fichier chiffré. Le malware est capable de rejouer ces clignotements pour s’assurer que l’ensemble des données a bien été transmis.
Pour récupérer les données des LED, une caméra évoluée de type GoPro est nécessaire car elle supporte 120 bits par seconde, ce que ne propose pas la caméra d'un Smartphone (60 bits par seconde).
Les spécialistes ont poussé la méthode plus loin en utilisant un capteur haute performance Siemens pour atteindre une transmission de 4.000 bits par seconde.



Source France Soir
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire