Chargement...

mercredi 1 février 2017

Une école de métiers met fin à l’exclusion d’étudiants israéliens

 
 

Après avoir refusé la demande d'admission d'un ingénieur israélien dans un programme de charpenterie-menuiserie, l'école de métiers Island School of Building Arts à Gabriola, en Colombie-Britannique, a fait marche arrière.....



Dans un courriel adressé à Stav Daron, la directrice de l’établissement, Patricia Rokosh, lui avait indiqué que « les Israéliens sont refusés en raison du conflit et des activités des colonies illégales dans la région ».
Le courriel envoyé par Patricia Rokosh à Stav Daron, lui indiquant qu' « en raison du conflit et des colonies illégales dans la région », l'école refuse les inscriptions d'étudiants israéliens. Photo : Radio-Canada

 
 
L'organisme de défense des droits des Juifs B'nai Brith s’est emparé du dossier. « Je n’y ai pas cru, ça a été ma première réaction.
Personne ne serait assez irréfléchi pour envoyer un courriel à un étudiant pour lui refuser le droit à une éducation sur la base qu’il serait un juif d’Israël », fait savoir un des responsables de l’organisme à Vancouver, Ryan Bellerose.
L’école a par la suite publié un message sur sa page Internet, indiquant qu’elle annule sa décision et qu’elle s’excuse.
« [Notre établissement] accepte tout le monde et continuera de le faire sans exception », est-il écrit.
La directrice de l'école a lu ce message lorsque Radio-Canada l'a jointe au téléphone, mais n’a pas voulu répondre à aucune autre question.
Dans un communiqué, le directeur général de B'nai Brith Canada, Michael Mostyn, s’est félicité du changement de cap de l’établissement. « Le fait qu’un établissement canadien a eu la témérité de mettre en place une telle politique discriminatoire est scandaleux », a-t-il soutenu.
Par Anaïs Elboujdaïni

Source Radio Canada
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire