Chargement...

jeudi 9 février 2017

Ordre de fermeture immédiate pour le réservoir d'ammoniac de Haïfa



Haïfa Chemicals a été condamné à commencer la fermeture des opérations du réservoir d'ammoniac par le tribunal des affaires internes de Haïfa mercredi, à la suite d'une pétition soumise par le conseil municipal de Haïfa. L'ordre a été déposé suite au dernier rapport sur la citerne d'ammoniac, qui a mis en garde contre une possible catastrophe, qui pourrait avoir lieu si le réservoir continue de fonctionner comme d'habitude.....



Le juge Sigalit Gal Ofir a déclaré que l'ordre doit être mis en vigueur immédiatement, jusqu'à ce qu'une discussion sur la question ait lieu jeudi à 11h30.
Il convient de noter que l'ordre n'est qu'un acte déclaratif, puisqu'il n'est pas possible d'arrêter immédiatement d'utiliser le réservoir pour écouler l'ammoniac.
Le tribunal a déclaré que "cette décision est fondée sur un rapport déposé par des experts comme une preuve présumée, ce qui montre une possibilité très réelle et immédiate de nuire à des dizaines, voir des centaines de milliers de civils innocents dans la région de Haïfa et des Krayot.
Le conseil municipal de Haïfa a tenu une conférence de presse en janvier, lors de laquelle il a publié le rapport au public.
Le rapport, qui comprenait les dangers imposés par le réservoir d'ammoniac, était basé sur un article de Ynet qui avertissait que "le navire ammoniac qui entre toutes les quatre semaines dans la baie de Haïfa s'apparente à un navire transportant cinq bombes atomiques amorcées, chacune plus mortelle que celle lancée sur Hiroshima."
Le rapport détermine que toute fuite résultant d'une attaque terroriste, d'un tremblement de terre (la montagne du Carmel est une zone sismique active) ou même d'un accident pourrait créer un nuage de gaz mortel hautement toxique qui pourrait tuer plus d'un demi-million de personnes (dépendant des vents).
Le maire de Haïfa, Yona Yahav, a déclaré lors de la conférence de presse : "la fête est finie. Je vous appelle personnellement, premier ministre : c'est fini. Le réservoir d'ammoniac n'est plus un business plan ombragé d'une personne, et il ne peut plus être dissimulé.
Ce n'est plus un de ces cas qui se base sur la courte attention du public. Quiconque lit ce rapport aura la chair de poule. Ce n'est plus une histoire pour les dernières pages du journal. Ceci pourrait être notre prochain grand désastre."
Haïfa Chemicals n'a toujours pas répondu pour le moment.
Source Juif.Org
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire