Chargement...

mardi 14 février 2017

"Les Juifs et les Chinois sont les peuples les plus anciens du monde"


 
Une exposition qui vient d’ouvrir ses portes à l’université Bar Ilan permet aux visiteurs de découvrir les liens très forts qui unissaient par le passé la Chine et le peuple juif. A l’heure actuelle, les relations entre Israël et la Chine se renforcent mais elles portent essentiellement sur des échanges commerciaux.....



L’initiative a été lancée par le Dr Danielle Gurevitch, coordinatrice du programme du Dr Naïm Dangoor sur le monothéisme universel à la Faculté des Sciences humaines de Bar Ilan. Elle a indiqué que ‘les Juifs et les Chinois étaient les deux peuples les plus anciens du monde’. Et de préciser « La culture chinoise antique s’est développée parallèlement à la culture juive ancestrale et elles ont de nombreux points communs ».
Elle a ensuite rappelé que ‘la Chine avait servi de refuge aux Juifs qui avaient perdu leur maison, soulignant qu’ils y avaient vécu en bonne entente avec la communauté locale dans un esprit d’entraide’.
A l’heure actuelle, une vingtaine de jeunes chinois étudient à Bar Ilan. Certains d’entre eux effectuent des recherches sur le lien entre le peuple juif et la Chine.
Le Dr Danielle Gurevitch a indiqué qu’on pouvait distinguer trois vagues d’émigration juive vers la Chine.
La première, précise-t-elle, a eu lieu en 1840 : des Juifs séfarades venant du Moyen-Orient ou d’autres régions d’Asie, sous souveraineté britannique, qui se sont adonnés essentiellement au commerce, surtout à Hong Kong et à Shanghai.
Ces négociants, venant pour la plupart de Bagdad, se sont parfaitement intégrés et ont merveilleusement bien réussi en affaires. Mais ils ont tout perdu en 1937 lors de l’occupation japonaise.
La deuxième vague a eu lieu dans des circonstances plus difficiles : des Juifs ashkenazim d’Europe de l’Est ont dû quitter leur foyer à cause des pogroms. Des Juifs russes ont franchi la frontière entre la Russie et la Chine et se sont installés pour la plupart dans la région de Harbin. Par la suite, ils ont continué vers le sud du pays et se sont établis dans les grandes villes de Shanghai, Tianjin et Chengdu.
Il ne fait aucun doute qu’ils ont laissé leur empreinte, contribuant au développement économique et culturel de la Chine.
La troisième vague est la plus connue et elle est marquée par les Chinois. Plus de 30 000 Juifs fuyant l’Allemagne nazie et l’Europe entre les années 1933 et 1941 sont arrivés à Shanghai.
D’après les chiffres publiés après la guerre, la Chine a recueilli davantage de Juifs pourchassés que le Canada, l’Australie, l’Inde, l’Afrique du Sud et la Nouvelle Zélande tous ensemble.
Source Chiourim
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire