Chargement...

jeudi 9 février 2017

En Israël, belle reconversion d'ex travailleuses et travailleurs du sexe


 
Quand Matthias Oppliger, originaire de Suisse, s’est trouvé pour la première fois en 2012 dans les quartiers sud délabrés de Tel-Aviv, il a subi un véritable choc. A cette date, de nombreux réfugiés africains venaient juste d’arriver et j’ai vu un aspect d’Israël peu connu, auquel je ne m’attendais pas......



Le corps d’une prostituée aurait pu reposer dans un conteneur sans que cela émeuve qui ce soit. 
 La vision de ce quartier autour de la gare centrale des bus et de ses habitants n’a plus laissé de repos à Matthias Oppliger.
Cet ancien policier avait déjà créé en Suisse avec sa femme, Tabea, l’organisation „Glowbalact“ destinée à lutter contre le trafic d’êtres humains dans le monde.
Il commença à se demander ce qu’il pourrait faire pour les habitants du quartier sud. Peu de temps après, le couple décida de s’installer en Israël avec ses trois enfants, nonobstant les difficultés inhérentes à l’obtention d’un permis de séjour et de travail pour des non-Juifs.
Aujourd’hui, à peine quatre ans plus tard, Matthias Oppliger ouvre les portes de son magasin A.I.R. (acronyme d’„Act, Inspire, Restore“) situé à Tel-Aviv dans la Shokenstreet. A.I.R. est une entreprise sociale dont le but n’est pas seulement de vendre des meubles stylés à des restaurants et des cafés mais également d’aider les gens.
„Notre emplacement est stratégique, un grand nombre des 12 000 travailleurs sexuels se trouvent dans le quartier“ explique Matthias. „C’est facile pour eux de venir chez nous quand ils ont besoin de trouver du travail. Et nos partenaires, comme la clinique Levinsky, sont également dans le quartier“.
Actuellement, six ex-travailleuses et travailleurs du sexe sont employés par A.I.R. 
 Ils ne travaillent pas automatiquement comme artisans. Si Matthias et son équipe constatent que l’un ou l’autre est doué pour la comptabilité ou la vente, par exemple, ils l’affectent à un poste correspondant.
Outre des meubles, la firme fabrique également des pochons, des bavoirs et des sacs à langer à partir de vieux cerf-volants qui peuvent être déposés chez eux.

Par Katharina Höftmann

Source: Israel entre les lignes

Source Israel Valley
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire