Chargement...

dimanche 26 février 2017

Agression antisémite à Bondy : haine et sauvagerie

 
 
Deux frères, âgés de 29 et 17 ans, qui portaient la kippa, ont été sauvagement agressés et menacés de mort mardi à Bondy. Une enquête a été ouverte après l’agression de deux jeunes juifs, mardi soir, à Bondy (Seine-Saint-Denis), rapporte le parquet de Bobigny. Les deux victimes, deux frères âgés de 29 et 17 ans, étaient porteurs de kippas «visibles», précise le parquet......



Au départ, une dispute a éclaté à un feu rouge. Les victimes, qui circulaient à bord de leur véhicule, disent avoir été la cible de regards insistants, puis d’insultes antisémites : «Je vais te tuer, espèce de sale juif».
Les deux victimes auraient ensuite été contraintes de s’arrêter devant un bar à chicha, d’où sont sortis d’autres personnes venues prêter main forte aux premiers agresseurs.
Selon les premiers éléments de l’enquête, l’un des agresseurs a alors brandi une scie à métaux et porté des coups à l’homme de 29 ans, le blessant à la main. Selon le père des deux victimes, Armand Azoulay, également président de la communauté juive de Bondy, interrogé sur i24NEWS, ses deux fils ont bien été ciblés parce qu’ils étaient juifs : «C’est bien une agression antisémite sous toutes ses formes…» Il poursuit : «Voyant les enfants avec la kippa dans la voiture, ils (ndlr. les agresseurs) ont commencé à leur faire plusieurs fois des queues de poisson. Il ont essayé de les mettre du côté de la rue pour les faire sortir de la route».
Le jeune homme mutilé à la main s’est vu délivrer dix jours d’interruption totale de travail (ITT) mais son «doigt n’a pas été sectionné», même si les agresseurs ont fait preuve d’une «bestialité incroyable» précise son père. Le plus jeune des deux frères a, pour sa part, été blessé à une épaule après avoir reçu de nombreux coups de pieds et de poings par les agresseurs et les personnes qui se trouvaient dans le bar.
Les agresseurs, non identifiés, ont ensuite rapidement pris la fuite. Les deux victimes ont été hospitalisées avant de déposer plainte. L’enquête a été confiée au commissariat de Bondy.
Sur Twitter, le Conseil réprésentatif des institutions juives de France (Crif) a commenté cette agression antisémite en indiquant «qu’une enquête est en cours» et qu’il fallait faire «attention aux informations alarmantes et inexactes propagées sur les réseaux sociaux».
 
Source Tribune Juive
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire