Chargement...

mercredi 25 janvier 2017

Nouvelle application Smartwatch pour une vérification précise des signatures

 
 
Un nouveau système innovant utilisant des dispositifs et des logiciels smartwatch pour vérifier les signatures manuscrites et détecter même les falsifications les plus qualifiées a été développé par les chercheurs de l’Université Ben-Gourion du Neguev et de l’Université de Tel Aviv....



Bien que la plupart des technologies de vérification de signature en ligne s’appuient sur des appareils numériques dédiés – tels que des tablettes ou des stylos – pour capturer, analyser et vérifier les signatures, cette nouvelle méthode utilise des capteurs de mouvement trouvés dans les appareils portables facilement disponibles. Des études de marché récentes montrent qu’une personne sur six porte déjà un smartwatch et que le marché devrait atteindre 373 millions d’appareils d’ici 2020.
La technologie de vérification des signatures traite des falsifications aléatoires et qualifiées. Un éventuel faussaire n’a aucune information sur l’autre personne et utilise son propre style de signature. Les faussaires qualifiés pratiquent souvent la copie du nom d’une personne aussi précisément que possible, ce qui rend leurs faux plus difficiles à détecter.
L’équipe de recherche a développé un logiciel qui utilise des données de mouvement recueillies à partir des mouvements du poignet d’une personne pour identifier l’auteur pendant le processus de signature. Cette information, compilée à partir de capteurs d’accéléromètre et de gyroscope, détecte les changements dans le mouvement de rotation et l’orientation, et forme un algorithme d’apprentissage automatique pour distinguer les signatures authentiques ou imitées.
“Nous avons basé notre recherche sur l’hypothèse que les gens adoptent un modèle de signature spécifique qui est unique et très difficile pour les autres à imiter, et que cette spécificité peut être capturée à l’aide de manière adéquate les capteurs de mouvement d’un dispositif porté à la main», dit Ben Nassi, un étudiant diplômé du Département des logiciels et des systèmes d’information en génie.
L’équipe de recherche inclus également: le Prof. Yuval Elovici, directeur du Cyber Centre de recherche en sécurité de l’Université Ben-Gourion, le Dr. Erez Shmueli du Département de génie industriel de l’Université de Tel Aviv et Alona Levy, une étudiante diplômée dans ce même département.
Dans la recherche, 66 étudiants TAU ont utilisé un stylo numérique pour enregistrer 15 échantillons de leur véritable signature sur une tablette tout en portant un smartwatch sur leur main d’écriture. Ensuite, chaque élève a étudié les enregistrements des signatures authentiques d’autres personnes et a été invité à imiter cinq d’entre eux.
«Les résultats des tests de falsification aléatoires et qualifiés étaient encourageants et nous ont confirmé que notre système est en mesure de faire la distinction entre les signatures authentiques et les signatures imitées avec un haut degré de précision», explique Ben Nassi.
Bien que plusieurs études récentes aient examiné l’utilisation de données de mouvement pour identifier des personnes dans divers scénarios, l’approche dans cette recherche est la première de son genre.
«L’utilisation d’un appareil muni d’un poignet ou d’un dispositif de suivi de la condition physique fournit des données plus complètes que les autres appareils portables, car elle mesure les gestes du bras, de la main et de tous les doigts d’un utilisateur plutôt que d’un simple doigt ou de l’avant-bras.
«Nous avons combiné les avantages des méthodes de vérification en ligne et hors ligne», explique le Dr Shmueli.
“Comme les méthodes hors ligne, notre approche ne nécessite pas un périphérique ad hoc désigné pour capturer une signature. Vous pouvez utiliser pratiquement n’importe quel appareil porté à la main pour écrire et collecter la signature elle-même sur un document papier, tel qu’un contrat, un reçu ou un autre document non numérisé. Ensuite, notre système fonctionne comme un système de vérification en ligne pour saisir de manière exhaustive la dynamique du processus de signature et confirmer l’authenticité.”
Les chercheurs ont déposé un brevet pour le système, qui permet à un smartwatch générique de devenir un vérificateur de signature.
Ils envisagent d’étendre leurs recherches pour inclure des expérimentations à plus grande échelle et étudieront les avantages de la collecte de données à la fois d’un dispositif de surveillance intelligente et d’un numériseur d’écriture, comme une tablette, pour voir si combiner l’information des deux sources améliore la précision.
Ils étudieront également l’impact des données extraites de capteurs supplémentaires, tels que ceux utilisés dans les détecteurs de mensonge pour mesurer la variabilité de la fréquence cardiaque.
Source Israel Valley
Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire