Chargement...

dimanche 4 décembre 2016

Une étudiante de l'Université de Tel-Aviv remporte l'Astor d'Or du Festival international du Film de Mar del Plata





Exploit sans précédent pour une étudiante de l’Ecole de cinéma Steve Tisch de l’Université de Tel-Aviv, Hadas Ben Aroya dont le film de fin d’études “Les gens qui ne sont pas moi” (“People that are not me”) a remporté l’Astor d’or du 31e Festival international du Film de Mar del Plata, considéré comme l’un des dix plus importants festivals de films dans le monde, qui vient de se dérouler en Argentine du 18 au 27 novembre...






Hadas, dont c’est le premier long métrage, était en compétition contre des metteurs en scène célèbres du monde entier. Son film décrit le drame des jeunes de la génération Y, perdus dans une recherche vaine d’intimité qu’ils n’arrivent pas à atteindre.
“Les gens qui ne sont pas moi”, film de fin d’études écrit, réalisé et interprété dans le rôle principal par Hadas Ben Aroya, étudiante de l’École de cinéma de l’Université de Tel-Aviv, a reçu le Prix du Meilleur Film du prestigieux Festival international du Film de Mar Plata, événement sans précédent dans le monde du cinéma estudiantin.
Le film, candidat dans la catégorie longs métrages face à des metteurs en scène célèbres du monde entier avait été présenté en première en Israël au Festival de Haïfa, et en première mondiale au Festival international du Film de Locarno.
L’intrigue suit Joy, jeune femme d’une vingtaine d’années, qui cherche sa place dans le monde des “dates”.
Elle a du mal à faire face à la séparation d’avec son partenaire, et ne le laisse pas partir, jusqu’à ce qu’elle rencontre Nir, intellectuel bavard qui vit librement et éveille son inspiration.
Mais Joy ne parvient pas à tomber vraiment amoureux de Nir, et en attendant ne cesse de coucher avec d’autres garçons. Le film d’Hadas Ben Aroya raconte l’histoire des jeunes de la génération Y, qui aspirent à une intimité qu’ils ne parviennent pas à atteindre, et parlent sans cesse sans arriver à être authentiques.


Toucher le coeur des gens


Selon du jury, "la jeune metteur en scène israélienne développe un personnage perdu dans un présent qui ne la satisfait pas, et ne parvient pas à se débarrasser de son passé. Avec un jeu naturel et organique, un script acéré, un humour tout à la fois sensible et cynique, elle réussit dans son premier film juste, à analyser les conflits, les craintes et la vulnérabilité universelle en filmant de près avec une fluidité envoûtante.
Le film d’Hadas est née d’une contemplation intérieure et présente les plus grandes craintes, partagées par toute une génération ".
Dans une interview réalisée immédiatement après la remise du prix, Hadas a raconté que le film a été réalisé avec un petit budget, avec des amis qui ont cru en lui. "Nous voulions faire du cinéma et dire à travers lui quelque chose d’important pour nous.
L’obtention du prix montre que ce qui est important n’est pas le budget ni la quantité des effets spéciaux, mais le fait d’être fidèle à soi-même et à ce que l’on ressent, et de réussir à toucher le cœur des gens. Cette connaissance me rend très heureuse par rapport à l’industrie du cinéma au monde en général".
Créé en 1954, le Festival international du Film de Mar del Plata (Argentine) remet chaque année des prix Astor en hommage au compositeur argentin Astor Piazzolla. 


Par Sivan Cohen-Wiesenfeld






Source Israel Valley


Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire