Chargement...

mardi 6 décembre 2016

La vie marine disparaît des rives israéliennes à des taux alarmants




Les espèces marines indigènes disparaissent des côtes israéliennes en Méditerranée à des taux alarmants, indique une nouvelle étude du Dr Gil Rilov de l'Institut israélien de recherche océanographique et limnologique....







Dr Gil Rilov a constaté que les espèces indigènes, comme les oursins, les mollusques et les escargots, sont menacées par le changement climatique, la hausse des températures de la mer et la concurrence des espèces envahissantes arrivant en Méditerranée en provenance de la mer Rouge via le canal de Suez.
La recherche, publiée il y a deux semaines dans le périodique Scientific Reports, a étudié des espèces trouvées sur des surfaces rocheuses, appelées récifs abrasifs, près des rives, rapporte Haaretz.
Rilov a comparé le nombre de spécimens de divers oursins, d'escargots et de mollusques aux nombres retrouvés dans la même région dans le passé, ainsi que dans d'autres littoraux méditerranéens.
Il a constaté que deux espèces d'escargots et d'oursins, qui avaient à un moment prospéré le long des côtes d'Israël, ont presque complètement disparu.
Alors qu'ils étaient, à une époque, abondants dans les réserves marines israéliennes, seule une poignée de spécimens d'oursins violets et noirs ont pu être localisés.
L'escargot Dendropoma petraeum, une composante importante des écosystèmes en mer, a également connu une baisse significative.
Il y a seulement deux décennies, quelque 40 pour cent des roches de la réserve naturelle de Dor-Habonim étaient couvertes de cette espèce. Ces dernières années, il a presque complètement disparu des rives d'Israël, alors qu'il peut encore être trouvé à Chypre et en Crète.
Rilov a découvert que 59 types de mollusques, qui étaient autrefois très répandus dans les eaux israéliennes, n'ont plus été observés durant ces dernières années.
Dans le même temps, une abondance d'espèces envahissantes en provenance de la mer Rouge ont migré vers de nouveaux habitats méditerranéens. Selon les résultats de Rilov, moins de deux pour cent des escargots et crustacés trouvés dans certains récifs appartenaient à des espèces locales.
Rilov estime que le plus grand facteur de la disparition de la vie marine locale est la hausse constante des températures de la Méditerranée au cours des deux dernières décennies, conséquence du changement climatique mondial.
Les experts déclarent que le réchauffement au-dessus de 2C se traduira par une élévation du niveau de la mer, une aggravation des tempêtes et des sécheresses, la propagation de maladies et des conflits autour des ressources toujours plus rares.


Source I24News


Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire