Chargement...

mercredi 30 novembre 2016

Muezzins: rencontre de leaders religieux chez le président Rivlin





Le président de l’Etat d’Israël Ruby Rivlin a invité en sa résidence de Jérusalem des leaders religieux juifs et musulmans soucieux de trouver un arrangement à l’amiable au problème du bruit des muezzins....





 
Parmi les personnalités invitées se trouvait le grand rabbin ashkénaze de Jérusalem, Rav Arieh Stern. Lors des discussions, il a déclaré ‘qu’il fallait lancer un appel en faveur du dialogue’, précisant qu’il devait provenir des plus hautes autorités religieuses et publiques des deux communautés.
Et de souligner : "Je pense qu’il doit s’agir d’un appel conjoint qui, d’une part permettra que la question soit traitée aux endroits où les appels à la prière des Musulmans posent problème et d’autre part demandera que la procédure en cours de législation soit plus modérée".
Le cheikh Abed al-Hakim Samara, administrateur de la Cour d’appel de la charia, a indiqué : "Nous pouvons parvenir à un accord et trouver des solutions partout où les haut-parleurs posent un problème. Nous savons tous qu’il faut œuvrer pour faire baisser la puissance du son dans les endroits où cela suscite des tensions et nous ferons en sorte que cela soit réglé sans relation avec la loi".
Le Rav Yossef Yachar, rabbin d’Acco où se côtoient Juifs et Arabes, est intervenu pour dire que cela faisait des années que des initiatives avaient été prises dans sa ville pour instaurer un dialogue entre les deux communautés et qu’elles avaient fat partiellement leurs preuves : "Les discussions ne sont pas dépourvues de problèmes mais nous avons un échange. On ne peut pas dire que c’est facile et qu’il n’y a pas de haine. Mais nous nous parlons, nous communiquons …".
Le cheikh Muhammad Kiwan, chef du comité des Imams représentant près de 400 chefs religieux, s’est lui aussi prononcé en faveur d’un dialogue, estimant que les deux communautés étaient liées et qu’il n’existait pas d’alternative. "J’espère que nous parviendrons à des arrangements par le dialogue sans ces lois, a-t-il déclaré, et nous nous sommes déjà tournés vers notre public pour lui demander de baisser le son des muezzins dans toutes les villes à population mixte".
Et de poursuivre: "Notre sort est commun, notre avenir également. Nous continuerons à agir pour régler le problème, nous ferons venir des ingénieurs qui vérifieront ce qu’il faut et nous lancerons un appel à tous nos fidèles pour qu’ils œuvrent partout où cela pose problème".
Reste à savoir ce que donneront toutes ces belles déclarations faites dans une atmosphère cordiale et feutrée. Seront-elles suivies d’actes positifs ? L’avenir nous le dira…


Claire Dana-Picard


Source Chiourim


Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire