Chargement...

mardi 29 novembre 2016

Congrès du Fatah: les opposants à Abbas frappent fort





C'est ce mardi 29 novembre que s'ouvre à Ramallah le 7e congrès du Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas. 1 300 représentants du parti nationaliste palestinien sont réunis jusqu'à la fin de la semaine. Alors que le processus de paix avec Israël est au point mort, le mouvement n'a jamais semblé aussi divisé et affaibli...





Plusieurs dizaines de militants ont été exclus officiellement pour manque de loyauté à Mahmoud Abbas. Ces opposants de l'intérieur réclament le départ du chef de l'Autorité palestinienne qui a fêté ses 81 ans cette année.
Dans le bureau de Jihad Tomaleh, des drapeaux du Fatah, mais pas de portrait du président palestinien Mahmoud Abbas. Ce député du parti nationaliste a été exclu il y a moins d'un mois de sa formation pour avoir, selon lui, réclamé des réformes.
« Nous plaidons pour que le pouvoir ne soit plus dans les mains d'une seule personne. Le président actuel est à la tête de l'Organisation de libération de la Palestine, de l'Autorité palestinienne et du Fatah. Il concentre tous les pouvoirs. Nous réclamons aussi que les membres exclus soient réintégrés, au premier rang desquels Mohammed Dahlan pour que notre mouvement soit de nouveau réuni », explique Jihad Tomaleh.
Mohammed Dahlan est l'absent dont tout le monde parle dans les rangs du Fatah. Ancien responsable de la sécurité à Gaza, il est devenu l'opposant numéro un à Mahmoud Abbas depuis qu'il a été contraint de s'exiler aux Emirats arabes unis.
Dimitri Diliani a, lui aussi, été exclu du Fatah pour avoir affirmé soutenir l'ennemi juré de Mahmoud Abbas.

« Nous n'avons aucune liberté d'expression. Des gens sont arrêtés exactement comme le font les Israéliens, uniquement à cause d'un message sur Facebook ou d'une conférence de presse. Ceux qui déragent le pouvoir sont immédiatement écartés.
On ne parle pas de gens qui ont fait quelque chose d'illégal, simplement de personnes qui expriment leurs divergences. Quand tous les pouvoirs sont réunis dans une seule main, qu'est-ce qui peut vous arriver ? », demande Dimitri Diliani.
Selon ces opposants internes, ce 7e congrès du Fatah n'est que le moyen pour le pouvoir de faire le ménage au sein du parti.


Source RFi


Suivez-nous sur FaceBook ici:
Suivez nous sur Facebook...
Sommaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire